États-Unis

02 décembre 2021 20:40; Act: 03.12.2021 09:00 Print

Poignarder son ex-​​petit ami l’a «excitée»

Une femme de 24 ans originaire du Massachusetts (États-Unis) a été reconnue coupable du meurtre d’un ancien camarade de classe, perpétré en juin 2018.

Sur ce sujet
Une faute?

Le tribunal de Worcester (Massachusetts) s’est penché cette semaine sur la personnalité aussi étrange qu’inquiétante de Julia Enright, 24 ans. Accusée d’avoir poignardé à mort son ancien camarade de classe Brandon Chicklis, 20 ans, la jeune femme a été reconnue coupable, relate l’Union Leader. Elle connaîtra la durée de sa peine de prison au mois de janvier.

Pendant le procès, l’accusation a présenté Julia Enright comme une phlébotomiste (NDLR: personne qui pratique la saignée des veines), une dominatrice fan de Marilyn Manson obsédée par le pillage de tombes et la mort. «J’ai juste une curiosité insatiable de tuer quelqu’un», avait-elle écrit dans son journal intime. La jeune femme est passée à l’acte dans une cabane dans les arbres près d’Ashburnham, le 23 juin 2018.

Jury peu convaincu par la défense

Après le meurtre, elle a enveloppé le corps de sa victime dans une bâche bleue et l’a abandonné au bord d’une autoroute du New Hampshire. Cinq jours après le meurtre, Julia a écrit dans son journal qu’il s’agissait d’une «sorte de cadeau» pour son petit ami. «Je l’ai fait rien que pour lui. C’était mon intention», a-t-elle confié, ajoutant qu’elle avait été «sexuellement excitée» par cet assassinat.

Selon le procureur, Julia avait attiré sa victime – avec qui elle était sortie à l’époque du lycée – dans cette cabane en lui faisant miroiter un rapport sexuel. Avant leur rencontre, la jeune femme aurait demandé à Brandon de garder leur rendez-vous secret et qu’elle avait une surprise pour lui. La victime avait accepté de garder le silence. Toujours d’après l’accusation, au moment où elle envoyait des messages à sa future victime, l’Américaine a écrit un texto à son petit ami: «Tu crois qu’on peut ajouter des bulles à un bain de sang?»

Le corps de Brandon a été retrouvé trois semaines après le meurtre. Assurant sa propre défense durant son procès, Julia avait plaidé la légitime défense, affirmant qu’elle avait prévu de coucher avec Brandon mais qu’elle avait changé d’avis. «Il n’arrêtait pas et j’ai sorti le couteau», avait-elle expliqué. Des arguments qui n’ont pas convaincu le jury.

(L'essentiel/joc)