San Juan

23 juillet 2019 22:54; Act: 24.07.2019 17:40 Print

Porto Rico en ébullition sur fond de salsa et de rap

Des stars de la musique se mêlent à la foule pour exiger le départ de leur gouverneur, au cœur d'un scandale mêlant sexisme, homophobie et corruption.

Sur ce sujet
Une faute?

Sous une nuée de drapeaux, les protestataires ont envahi lundi la principale artère de San Juan. «Des centaines de milliers de gens utilisent leur voix, leur arme la plus importante», a salué la maire. La mobilisation, marquée par des heurts avec la police, réclamait le départ du gouverneur de ce territoire américain.

Ricardo Rossello est éclaboussé par la publication d'échanges avec des dignitaires locaux sur Telegram, messages ponctués de blagues misogynes et homophobes visant notamment la star Ricky Martin ou de sarcasmes sur les victimes de l'ouragan Maria en 2017.

«Tu ne vas pas partir? Nous non plus!»

Le politicien s'est contenté de présenter ses excuses et d'annoncer qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat. «Tu n'es pas seulement cynique, tu es aussi machiavélique», a répliqué Ricky Martin. Le chanteur a été rejoint par d'autres célébrités de l'île: l'acteur Benicio del Toro ou le duo de «Despacito», Daddy Yankee et Luis Fonsi. Bad Bunny a écourté sa tournée pour rejoindre la contestation. «Tu ne vas pas partir? Nous non plus!» a lancé le rappeur à Rossello.

L'affaire a éclaté peu après l'arrestation de six responsables accusés de détournement de l'aide fédérale aux sinistrés de Maria. Avant même l'ouragan, l'île était plongée dans une grave crise qui a précipité sa banqueroute et entraîné un exode vers les USA. Porto Rico a ainsi perdu 4% de sa population de 3,2 millions d'habitants. 

(L'essentiel/afp)