Attaque de Christchurch

20 mars 2019 07:10; Act: 20.03.2019 08:21 Print

Premières funérailles en Nouvelle-​​Zélande

Les premières funérailles des victimes de l'attaque des mosquées ont commencé ce mercredi en Nouvelle-Zélande, avec celle d'un réfugié syrien et de son fils.

Sur ce sujet
Une faute?

Les premières funérailles des victimes de l'attentat de Christchurch, celles d'un réfugié syrien et de son fils, ont eu lieu mercredi matin dans la ville néo-zélandaise. Seules 12 des 50 victimes ont pour le moment été identifiées. Elles étaient âgées de 3 à 77 ans.

Des centaines de personnes se sont rassemblées dans un cimetière proche de la mosquée Linwood, la deuxième attaquée par un suprémaciste blanc australien de 28 ans, pour rendre hommage aux deux premières victimes inhumées, âgée de 44 ans et 15 ans. La famille était arrivée il y a un an en Nouvelle-Zélande, dans l'espoir d'y retrouver la paix après les années d'horreur du conflit syrien. Elle avait également une fille et un garçon. Celui-ci, âgé de 13 ans, blessé dans la fusillade, assistait aux funérailles dans un fauteuil roulant.

Douze victimes âgées de 3 à 77 ans

La coutume musulmane veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible, généralement dans les 24 heures suivant le décès, mais les funérailles ont été repoussées en raison du lent processus d'identification et des investigations médicolégales.

Les autopsies des 50 victimes ont été menées, mais seules douze ont été identifiées. Parmi elles, «six ont été rendues à leur famille», a indiqué mardi la police. Elle a promis de mener à bien sa tâche aussi vite que possible, alors que des dizaines de familles de victimes arrivent du monde entier en vue des funérailles. Selon une liste qui circule parmi les familles, les victimes étaient âgées de trois à 77 ans. Plusieurs étaient natives de la région, mais d'autres étaient originaires de pays lointains comme l’Égypte ou la Jordanie.

L'Australie proteste

Sur le plan diplomatique, le premier ministre australien Scott Morrison a convoqué mercredi l'ambassadeur de Turquie pour dénoncer les propos «irréfléchis», «ignobles» et «offensants» tenus par le président turc Recep Tayyip Erdogan, après l'attaque. Rejetant les «excuses» présentées par l'ambassadeur, il a exigé le retrait des propos de M. Erdogan et a averti que «toutes les options sont sur la table» en ce qui concerne les relations entre l'Australie et la Turquie.

M. Erdogan avait déclaré lundi lors d'une réunion électorale que l'attentat de Christchurch s'inscrivait dans le cadre d'une attaque contre l'islam et la Turquie. «Ce n'est pas un acte isolé. C'est quelque chose d'organisé», avait affirmé le président turc. «Ils sont en train de nous tester avec le message qu'ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16 500 kilomètres d'ici». Il avait en particulier lancé que les Australiens, qui seraient hostiles à l'islam, subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la Première Guerre mondiale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hank le 20.03.2019 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'ils reposent en paix ????

Les derniers commentaires

  • Hank le 20.03.2019 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'ils reposent en paix ????