Crash de Phuket en 2007

24 juin 2019 19:57; Act: 24.06.2019 20:27 Print

«Quand je me réveille, l'avion est en feu»

Le seul survivant français du crash de Phuket a livré lundi, lors du procès de cette catastrophe, un récit poignant de l'atterrissage fatal, dans lequel sa fiancée a péri.

storybild

Le crash avait fait 90 morts, dont neuf Français. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Lundi s'est ouvert à Paris le procès de ce crash oublié qui a fait 90 morts, dont neuf Français. Le 16 septembre 2007, un Boeing MDD82 du vol OG269 de la compagnie à bas coûts thaïlandaise One-Two-Go en provenance de Bangkok s'était écrasé à l'atterrissage sur l'aéroport de Phuket, balayé par le vent et la pluie.

Il se tient durant deux jours en l'absence du seul prévenu, Udom Tantiprasongchai, dirigeant à l'époque de One-Two-Go et de sa maison-mère Orient Thai, jugé pour «homicides involontaires» et «blessures involontaires».

Manquements

L'enquête a révélé des erreurs de pilotage mais aussi de nombreux manquements et dysfonctionnements au sein de la compagnie One-Two-Go dans le recrutement, la formation et les rythmes de travail des pilotes, ainsi que dans la maintenance des appareils.

Parmi les dix passagers français, Thibault Lamère, chef de chantier alors âgé de 24 ans en vacances en Thaïlande avec sa fiancée Laetitia, avait été surpris de l'état de l'appareil.

«Il paraissait assez neuf d'un aspect extérieur, avec peinture rutilante et autocollants. Mais quand on est entrés, on s'est dit "ils ont juste repeint l'extérieur, l'intérieur a bien vécu"», raconte ce grand gaillard, venu à la barre sans sa canne, en boîtant, séquelle des 85 fractures qu'il a subies.

Du vol, il se souvient que «le temps se dégradait au fur et à mesure». «Quand on a amorcé la descente, le temps devenait de plus en plus noir. Aux sièges 10E et 10F, scrutant avec angoisse à travers le hublot, Thibault et Laetitia se tiennent la main. «À 25 mètres du sol, il y a eu un trou d'air et l'avion chute d'un coup». «On a tapé le sol mais je me dis "on est au sol, c'est bon"», poursuit Thibault Lamère. «Mais là on se reprend une accélération.» Le pilote a tenté de remettre les gaz. L'avant de l'avion tape un remblai de terre et se brise quelques rangs devant Thibault Lamère, qui perd connaissance.

«Je crie, mais personne n'entend»

«Quand je me réveille, l'avion est en feu, il y a des débris partout», raconte-t-il, sans pouvoir retenir ses sanglots. «Je suis coincé sur mon siège, je cherche Laetitia partout autour de moi (...) J'ai quelqu'un à côté de moi, mais c'est pas elle».

«J'appelle au secours. Je crie, mais personne n'entend, il y a trop de bruit.(...) Les secouristes le sortiront péniblement de la carlingue. «Je leur demande "my wife, my wife" (ma femme, ma femme)», poursuit-il, ému: «Mais personne répond, ils sont occupés à sauver le maximum de gens. Et puis après, plus grand-chose... J'ai su après qu'ils m'ont relancé deux fois le cœur.»

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.