Au Nigeria

23 janvier 2021 16:47; Act: 23.01.2021 16:49 Print

Quatre morts dans l’explosion d’un camion

Survenu vendredi à Agbor, région pétrolière au sud du pays, l’accident a également fait onze autres blessés graves.

storybild

Les explosions de camions citernes et d’oléoducs sont très fréquentes au Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique. Image d’illustration. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une femme et trois enfants ont été tués dans l’explosion d’un camion citerne dans une station service, dans le sud du Nigeria, a annoncé samedi le gouverneur de l’Etat du Delta. Onze autres personnes souffrent de très graves brûlures.

«Un camion citerne a explosé alors qu’il déchargeait de l’essence dans une station service», a expliqué Ifeanyi Okowa, le gouverneur du Delta, région pétrolière dans le sud du Nigeria. «C’est un tragique accident, dans lequel nous avons perdu quatre personnes, trois enfants et une femme».

Gravement blessés

Le gouverneur s’est également rendu à l’hôpital où ont été emmenés en urgences onze blessés, «brûlés entre 80 et 90% du corps», a-t-il souligné dans un communiqué publié samedi. «C’est très triste et nous ne pouvons que remercier Dieu que l’explosion n’ait pas eu lieu dans une zone plus densément peuplée», a indiqué le Dr Okowa.

L’explosion a eu lieu vendredi vers 18h30 (17h30 GMT) à Agbor, détruisant plusieurs véhicules et endommageant des maisons alentours. Les explosions de camions citernes et d’oléoducs sont très fréquentes au Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique, mais où la majorité des quelque 200 millions d’habitants vit dans la pauvreté et où les infrastructures et les transports sont défaillants.

Début octobre, un camion citerne avait explosé et provoqué un incendie à Lagos, la capitale économique du pays, faisant au moins cinq morts, huit blessés graves, et endommageant plus de cent maisons et commerces.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.