En Inde

06 décembre 2019 07:57; Act: 06.12.2019 12:16 Print

Quatre suspects d'un viol et d'un meurtre abattus

Les auteurs présumés du viol et du meurtre d'une femme de 27 ans ont été tués par la police indienne. Ils tentaient de s'enfuir lors de la reconstitution du crime.

storybild

Des activistes crient des slogans alors qu'ils brûlent des effigies de «violeurs» pour protester contre le viol et le meurtre de la vétérinaire de 27 ans à Hyderabad (Inde, 5 décembre 2019).

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire du viol collectif et du meurtre d'une vétérinaire qui avait révulsé l'Inde a connu vendredi un dramatique dénouement avec l'annonce de la mort des quatre suspects, tués par la police en marge de la reconstitution du crime. Un haut responsable de la police de Hyderabad (sud) a affirmé que les quatre hommes avaient été abattus en tentant de s'enfuir lors de cette reconstitution, dans la nuit de jeudi à vendredi.

S'ils ont suscité la consternation d'avocats, ces décès ont été accueillis par des célébrations de joie d'une partie de la population, la sœur de la vétérinaire assassinée faisant part quant à elle de sa satisfaction. «Ils ont été tués dans des tirs croisés. Ils ont essayé de s'emparer de l'arme de leurs gardes mais ils ont été abattus», a déclaré à l'AFP, Prakash Reddy, commissaire adjoint de la police de Hyderabad. «Nous avons appelé une ambulance mais ils sont morts avant que l'aide médicale n'arrive».

Guet-apens

Les quatre avaient été arrêtés la semaine dernière et inculpés pour le viol et le meurtre d'une vétérinaire de 27 ans dont le corps avait été brûlé. Selon la police, la victime avait été enlevée le 27 novembre au soir, au moment où elle reprenait son scooter. Les quatre hommes auraient crevé l'un des pneus de son deux-roues en son absence puis lui auraient proposé leur aide à son retour, en l'attirant sur une aire de camions.

La victime avait appelé sa sœur cadette pour lui expliquer qu'elle était en panne et qu'un groupe d'hommes lui avait proposé de réparer son scooter, se disant «effrayée», selon le témoignage de cette sœur à la police. La sœur a voulu ensuite la rappeler mais son téléphone était débranché.

Indignation internationale

Selon la police, les restes carbonisés du cadavre de la victime ont été découverts le lendemain matin sous un pont. Le corps avait été placé dans une couverture puis arrosé d'essence avant d'être incendié.

Malgré l'arrestation rapide des quatre suspects, l'affaire a révulsé le pays où les violences sexuelles font régulièrement la une depuis le viol collectif d'une étudiante, à bord d'un autobus à New Delhi en 2012, qui avait suscité l'indignation internationale. Samedi, la police avait dispersé par la force des centaines de manifestants qui tentaient d'entrer dans le commissariat où étaient détenus les quatre suspects.

Au Parlement national, la députée Jaya Bachchan, ancienne actrice, avait estimé que les coupables devaient être «lynchés en public». Un de ses collègues avait réclamé la castration des violeurs.

Des fleurs pour la police

L'annonce de la mort des quatre a été accueillie par des célébrations de joie à Hyderabad, où des centaines de personnes se sont rassemblés sur le lieu de ces décès, faisant exploser des pétards et jetant des pétales de fleurs sur les policiers.

«Je suis heureuse que les quatre accusés aient été tués», a déclaré vendredi à une chaîne de télévision locale la sœur de la vétérinaire tuée. «Cet incident aura valeur d'exemple. Je remercie la police et les médias pour leur soutien».

Mais des voix sont montées au créneau pour dénoncer la «violence arbitraire» d'une police indienne souvent accusée de meurtres extrajudiciaires quand il s'agit de couvrir des enquêtes bâclées ou de calmer l'opinion publique.

«C'est absolument inacceptable», a déclaré à l'AFP l'avocate et militante Vrinda Grover. «La police doit rendre des comptes. Au lieu de mener une enquête et de rassembler des preuves, l’État commet des meurtres pour satisfaire le public et éviter de devoir rendre des comptes».

Selon les derniers chiffres officiels incluant plus de 10 000 victimes mineures, plus de 33 000 viols ont été déclarés dans le pays en 2017. Dans le même temps, du fait de l'inefficacité du système judiciaire indien, les victimes doivent souvent attendre des années avant d'obtenir justice.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • disperdal le 06.12.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonne nouvelle. Merci.

  • yo yo le 06.12.2019 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    super bien fait bravo enfin justice

  • Eli le 17.12.2019 08:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à la police! Enfin une bonne chose de faite!

Les derniers commentaires

  • Eli le 17.12.2019 08:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à la police! Enfin une bonne chose de faite!

  • Tāj Mahal le 06.12.2019 12:38 Report dénoncer ce commentaire

    Tout cela se passe dans quel pays ? Bonnes vacances !

  • disperdal le 06.12.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonne nouvelle. Merci.

  • yo yo le 06.12.2019 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    super bien fait bravo enfin justice