Procès

27 août 2021 07:22; Act: 27.08.2021 08:36 Print

R. Kelly se voyait comme un «génie» dans l’impunité

L’une des victimes présumées du chanteur a assuré jeudi que ce dernier affirmait que les artistes «de génie» pouvaient se comporter comme il leur plaisait.

storybild

Image d’archive (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Stephanie, qui a dit avoir entretenu une relation avec la star déchue du R&B pendant six mois quand elle avait 17 ans, a relaté une conversation au cours de laquelle R. Kelly aurait exprimé sa préférence pour les «jeunes filles», et se serait demandé pourquoi «les gens en faisaient toute une histoire».

«Regarde Jerry Lee Lewis», aurait dit le chanteur, faisant référence à un pionnier du rock and roll qui avait fait scandale en épousant sa cousine âgée de 13 ans dans les années 1950. «C’est un génie et je suis un génie. On devrait pouvoir faire tout ce qu’on veut», aurait affirmé R. Kelly. «Regarde tout ce que nous donnons au monde.»

Rencontre au McDo

Stephanie, 39 ans aujourd’hui, est la troisième femme à prendre la parole lors du procès de R. Kelly à New York pour accuser le chanteur, jugé pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018. Le chanteur, qui risque la prison à vie, nie les accusations.

Stephanie avait rencontré R. Kelly dans un McDonald’s de Chicago, où l’un de ses collaborateurs lui avait donné son numéro sur un morceau de papier. Elle l’avait jeté et n’y avait plus pensé jusqu’à l’année suivante, lors d’un événement promotionnel du chanteur à proximité du travail de la jeune fille. Elle l’avait alors approché, croyant qu’il pourrait aider une de ses connaissances qui espérait faire carrière dans la chanson.

«Pas l'impression d'avoir le choix»

L’aide espérée ne s’est jamais concrétisée, mais Stephanie et R. Kelly avaient commencé à avoir des relations sexuelles, la star ne tiquant pas quand elle lui avait dit être âgée de seulement 17 ans, selon son témoignage. Les relations sexuelles avec R. Kelly étaient «humiliantes», a affirmé Stephanie en décrivant de façon crue ses demandes, et expliquant qu’il filmait régulièrement leurs ébats.

Le chanteur l’aurait notamment forcé à lui faire une fellation dans une voiture, alors que d’autres personnes étaient présentes, a-t-elle dit, et l’aurait parfois laissée seule et nue dans une pièce pendant des heures. «Il pouvait me faire craindre le pire très rapidement», a-t-elle déclaré.

Stephanie, qui a expliqué avoir été victime de violences sexuelles par le passé, chez elle et de la part d’un ancien patron, a dit avoir eu des relations sexuelles avec R. Kelly car elle n’avait «pas l’impression d’avoir le choix». Autour de son 18e anniversaire, elle aurait décidé d’arrêter de le voir, se sentant «utilisée, humiliée et dégradée». «Je ne voulais tout simplement plus qu’on abuse de moi».

(L'essentiel/AFP)