En Italie

23 janvier 2019 11:52; Act: 23.01.2019 16:13 Print

Le monastère servira de repaire aux populistes

Un monastère près de Rome va devenir une académie destinée à former une nouvelle génération de populistes adepte des idées de droite de Steve Bannon, l'ex-conseiller de Trump.

storybild

Steve Bannon se chargera d'une formation sur les relations avec les médias. (photo: AFP/Nicolas Maeterlinck)

Sur ce sujet
Une faute?

Perchée à Collepardo, à une centaine de kilomètres au sud-est de Rome, l'ancienne chartreuse de Trisulti est en train de devenir le QG souverainiste au cœur de l'Europe. Le monastère bénédictin fondé en 996 a été loué par le sulfureux Steve Bannon. L'ex-stratège en chef de Donald Trump, connu pour ses idées proches de l'extrême droite, va y installer son «Académie de l'occident judéo-chrétien».

Steve Bannon entend y former une nouvelle génération de populistes de droite, rappelle la Neue Zuercher Zeitung mercredi. Un de ses disciples fervents, le Britannique Benjamin Harnwell, y vit depuis plus d'un an pour mener à bien le projet. Avec son groupe de réflexion catholique ultraconservateur, l'Institut Dignitatis Humanae, cet homme, que beaucoup jugent comme un sioniste, a remporté l'appel d'offres du ministère italien de la Culture et signé un contrat de bail pour 19 ans, moyennant 100 000 euros par an.

350 étudiants

Quelque 350 étudiants vont suivre dans le site des cours de philosophie, d'économie, d'histoire et de théologie, revus et corrigés à la sauce populiste-nationaliste chère à Steve Bannon. «Nous serons le foyer spirituel du bannonisme», explique fièrement Benjamin Harnwell dans la NZZ. Il avait aussi déclaré fin décembre au journal italien La Stampa: «L'objectif est de former les Matteo Salvini et Viktor Orban de demain».

Benjamin Hardwell a expliqué à la NZZ l'organisation des lieux. Selon lui, des «gladiateurs» seront formés à Trisulti pour défendre «la base judéo-chrétienne de l'Occident». Ils lutteront concrètement «contre les laïcs radicaux, l'élite corrompue et mondialisée, l'immigration massive en provenance d'Afrique et l'islamisation croissante de l'Ouest». Selon lui, nous sommes dans une guerre culturelle: «D'une part, il y a le principe judéo-chrétien selon lequel l'homme a été créé selon à l'image de Dieu. D'un autre côté, la monstrueuse théorie de l'évolution de Darwin», estime-t-il. Les premiers cours n'auront pas lieu au monastère, encore en attente d'importantes rénovations mais à Rome, dès cet été.

(L'essentiel)