Présidentielle US

30 septembre 2020 02:50; Act: 30.09.2020 09:43 Print

«Rien d'intelligent», «clown», «raciste»... le débat s'enlise

Les deux candidats à la Maison-Blanche s'affrontent ce mercredi matin, heure de Luxembourg. Suivez leur débat en direct.

Sur ce sujet
Une faute?

Après des mois d'invectives, l'heure du face-à-face a sonné: Donald Trump et Joe Biden se retrouvent mardi, ensemble sur scène, à 35 jours d'une élection présidentielle américaine sous très haute tension. Toujours offensifs lors des débats, le président sortant est attendu au tournant par celui qu'il surnomme «Sleepy Joe».

Les supporteurs de l'ancien vice-Président de Barack Obama espèrent que le démocrate évitera les gaffes dont il est coutumier. Les soutiens de Donald Trump attendent de lui qu'il brise les codes comme à son habitude, et domine verbalement son opposant. L'échange commence à 3h du matin, heure de Luxembourg et vous pouvez le suivre en direct sur notre site Internet.

4h39 Débat terminé

Et voilà, ce débat est terminé. «Clown» et «menteur» face à «rien d'intelligent» et «aux mains de la gauche radicale», il n'a pas volé bien haut, pendant un peu plus d'1h30 un peu fatigante. Mais l'élection présidentielle américaine est sur les rails. Deux débats restent au programme d'ici le scrutin du 3 novembre.

Joe Biden a tout de même été plus calme qu'un Donald Trump très tendu, qui n'arrêtait pas de lui couper la parole.

04h35 Quand le résultat sera-t-il connu?

Le résultat pourrait prendre des semaines à arriver après l'élection. Le modérateur demande aux candidats s'ils sont prêts à demander à leurs supporters de rester calmes.

«Si l'élection est juste et équitable, oui. Mais si je vois des milliers de bulletins trafiqués, je ne peux pas. Ils trichent», vocifère Donald Trump.

Joe Biden, lui, accepte de demander à ses supporters de rester calmes et de ne pas proclamer la victoire avant qu'elle ne soit vérifiée par un organisme indépendant. «Personne n'a établi de preuves de fraude dans le vote par correspondance. (Trump) ne sait pas de quoi il parle. Et il le fera aussi, quand les votes seront comptés, ce sera la fin de l'histoire. Je respecterai le choix des Américains, je veux être le président des démocrates et des républicains, il ne veut pas».

04h27 Le problème du vote par correspondance

Le vote par correspondance sera-t-il juste? Comment rassurer les électeurs sur la légitimité du scrutin? «Quand toutes les voix seront comptées, j'accepterai le résultat quoi qu'il arrive», dit Biden. Quand Trump «dit qu'il n'est pas sûr d'accepter le résultat, rassurez-vous, quand nous aurons les voix, il partira, il n'aura pas le choix».

Trump affirme lui que «le scrutin est une catastrophe. Ils envoient des millions de bulletins, il y a des fraudes», balance encore le président. «Il va y avoir une fraude inédite», dit-il, comme il l'a déjà fait ces dernières semaines, toujours sans aucun élément concret pour appuyer ses dires. Une manière de préparer le terrain, en cas de défaite, à un refus du résultat?

Le modérateur rappelle que 33 millions d'électeurs vont voter par correspondance, soit un quart du corps électoral. Et les deux candidats de débattre sur la qualité des bulletins de vote.

04h20 «Signer à nouveau l'accord de Paris

Interrogé à son tour sur le climat, Joe Biden explique qu'il a «pu diminuer le coût des énergies renouvelables pour qu'elles soient moins chères que le charbon. Personne ne va construire d'usine à charbon». Le vice-président veut une flotte de voitures fédérales électriques et rendre trois millions de bâtiments neutres en énergie. «Nous pouvons créer des millions d'emplois verts et avoir une économie neutre en carbone d'ici 2035. La première chose, ce sera de signer à nouveau l'accord de Paris, sans lequel rien n'est possible».

04h17 Le climat sur la table

Interrogé sur le changement climatique, Trump dit qu'il faut «mieux gérer les forêts» pour prévenir les incendies. «Il faut tout faire pour avoir du bon air, de la bonne eau. Nous avons un programme pour planter un milliard d'arbres». Selon lui, «beaucoup d'éléments» provoquent le changement climatique, y compris «dans une certaine mesure l'activité humaine».

04h15 «Je suis fier de mon fils»

Attaqué sur son fils Beau, Biden affirme qu'il a «eu un problème de drogue, il a travaillé, il s'en est sorti. Je suis fier de mon fils». Trump demande «pourquoi il a reçu des millions de dollars?» «C'est faux», soupire Biden.

04h11 «Le caniche de Poutine»

Pourquoi devrait-on vous élire plutôt que votre adversaire? «Parce que vous n'avez jamais vu une administration faire autant que j'ai fait, malgré la supercherie de l'impeachment. Tout allait bien avant la crise du Covid», estime Donald Trump. «Nous avons fait un formidable travail».

Pour Biden, «nous sommes devenus plus faibles, plus pauvres, plus malades. Nous lui avons laissé une économie florissante, il a causé une crise. J'ai fait face à Poutine, il est le caniche de Poutine».

Et Trump d'interrompre encore son adversaire, qui avait droit à deux minutes sans interruption. Biden reprend. «Il ne tient jamais ses promesses. Les milliardaires sont devenus plus riches alors que vous (NDLR: les électeurs) êtes plus pauvres».

04h08 «Il met de l'huile sur le feu»

Biden accuse Trump d'empirer les choses lors des violences et manifestations. «Il met de l'huile sur le feu», dit Biden.

Le modérateur interroge Trump. «Vous êtes prêt à dire aux suprémacistes blancs de déposer les armes et d'arrêter les violences?».

Trump: «Je veux bien faire tout ce que vous voulez, mais il faut que quelqu'un fasse quelque chose contre les Antifa», répond Trump, après un moment de gêne.

04h04 «Les crimes, c'est la faute des démocrates»

Pour Donald Trump, l'augmentation de la criminalité dans le pays, c'est la faute des maires démocrates. «S'il gagne le pays, la criminalité va augmenter», prévient le président.

Joe Biden explique qu'il veut réformer la police. «Je soutiens que la police a les moyens de gérer les problèmes. Je ne veux pas diminuer le budget de la police».

4h01 «C'est lui le raciste»

«C'est lui le raciste», lance Joe Biden. «Nous sommes tous des Américains, nous devons tous être traités de façon équitable».

«Pendant l'administration Obama/Biden, il y avait beaucoup de haine, de violence», rétorque Trump. «Êtes-vous en faveur de la loi et de l'ordre?»

«Je suis en faveur de la loi, de façon équitable, pour tout le monde», répond Biden.

4h Biden se lasse

03h58 «Injustice systémique»

«Il y a une injustice systémique dans ce pays, au niveau de la justice, des forces de l'ordre», dit Joe Biden. «La majorité des forces de l'ordre sont des gens honnêtes. Mais quand on trouve une pomme pourrie, il faut faire quelque chose».

03h55 «Cet homme n'a rien fait»

«Ce que cet homme a fait est un désastre pour les Afro-Américains», déplore Joe Biden, qui souligne que «un Afro-Américain sur 1 000 est mort du coronavirus et si on continue comme ça, ce sera un sur 500».

Trump réplique en disant (trois fois) que Biden a «qualifié les Afro-Américains de prédateurs». «C'est faux», dit Biden. Le président affirme avoir fait beaucoup pour les Afro-Américains et avoir le soutien des forces de l'ordre. L'occasion de glisser qu'il aime «la loi et l'ordre», contrairement aux démocrates, qu'il accuse d'être «la gauche radicale».

03h53 Chris Wallace s'énerve

Le modérateur du débat s'énerve un peu et lève la voix pour demander aux candidats, surtout Trump, d'arrêter de s'interrompre. «Lui aussi, il m’interrompt», boude Trump. Chris Wallace ne se démonte pas et lance le débat sur la ségrégation raciale.

03h52 Difficile de placer un mot avec ce clown

Le président Trump accuse maintenant le fils de son adversaire de «recevoir des milliards de dollars de la Chine» et d'avoir reçu aussi «3,5 millions de dollars de la femme du maire de Moscou. La Chine vous contrôle».

«Mon fils n'a rien fait de mal, tout le monde a discrédité ces accusations, rien n'est vrai là-dedans. Mon fils a fait son travail et il a fait du bon travail».

Encore interrompu, Biden lâche un «c'est difficile de dire un seul mot avec ce clown. Il veut m'attaquer sur ma famille, il y aurait des choses à dire sur la sienne. Mais c'est un débat pour vous, le peuple américain».

03h48 «Les entreprises partiront»

Donald Trump estime que Joe Biden ferait fuir les entreprises, s'il était élu. L'ancien vice-président rappelle que «nous avons hérité de la pire crise économique» en 2009 et que l'administration Trump a su relancer la machine. Et les candidats de s'écharper sur qui a fait revenir le plus d'emplois aux États-Unis...

03h43 Combien Trump a-t-il payé d'impôts?

Interrogé sur les révélations du New York Times disant qu'il n'avait payé que 750 dollars d'impôts, Trump répond: «J'ai payé des millions de dollars». «Montrez-nous vos feuilles d'impôts, alors», réplique Biden. «Vous les verrez quand elles seront prêtes».

Joe Biden s'étonne que Donald Trump paye «moins d'impôts qu'un instituteur. Il profite des avantages fiscaux que je veux supprimer». «Pourquoi vous ne l'avez pas fait, en 47 ans de vie politique?», attaque Trump.

03h39 V ou K?

Les candidats sont interrogés sur la relance économique que l'un estime «en V», l'autre «en K». Pour Biden, «pour les milliardaires comme lui (Trump) ça va bien. Mais pour vous, chez vous? Il sera le premier président américain à quitter ses fonctions avec plus de chômeurs qu'à son arrivée».

Le président a, lui, plaidé pour une ouverture de l'économie.

03h35 Trump offensif, Biden bafouille

Jusqu'ici, les électeurs américains n'ont pas appris grand-chose sur les projets des deux candidats. Mais le président sortant se montre offensif, coupant sans cesse son adversaire qui fait mine de ricaner face à ses attaques et a déjà bafouillé plusieurs fois.

03h33 «Joe Biden en direct»

03h31 Tu n'as rien d'intelligent, Joe

«Ne me parle pas d'être intelligent, Joe. Il n'y a rien d'intelligent chez toi». Le président ne relève pas le débat, sous les ricanements un peu crispés de son opposant...

03h29 Le coup de la javel

Joe Biden ironise sur la javel que le président est accusé d'avoir conseillé pour lutter contre le virus. «J'étais sarcastique, vous le savez», rétorque le locataire de la Maison-Blanche.

03h28 «Je n'ai jamais vu un débat comme ça»

03h21 Le coronavirus dans le débat

Les candidats sont interrogés sur le coronavirus. Joe Biden rappelle que les USA comptent 20% des décès du Covid. «Quand on dit que les Américains meurent du coronavirus, le président dit: "C'est comme ça"», déplore le candidat démocrate. «Il n'a toujours pas de plan. Vous devriez sortir du green de golf et aller travailler dans le Bureau ovale pour trouver des solutions».

«Si vous étiez aux affaires, il y aurait des millions de morts. C'est la faute de la Chine. En fermant les frontières j'ai sauvé des millions de vies. Beaucoup disent que j'ai fait un travail formidable. Là où je n'ai pas fait un bon travail, c'est dans les fake news. Vous n'auriez pas pu faire ce que j'ai fait».

03h18 Biden a du mal à dire une phrase complète

La santé divise les candidats. Joe Biden explique qu'il veut une couverture publique pour les plus démunis, mais a du mal à finir une phrase, coupé par le président. «Il n'a aucun plan pour la couverture médicale, il n'a pas de plan pour faire baisser les prix des médicaments. Cet homme ne sait pas de quoi il parle», finit par glisser l'ancien vice-président, après quelques rappels à l'ordre du présentateur.

3h14 Un plan pour remplacer l'Obamacare?

L'animateur du débat commence à avoir du mal à poser ses questions à Donald Trump, qui le coupe pendant qu'il l'interroge sur la couverture médicale. «Je débats avec vous, plus qu'avec Joe Biden», coupe Donald Trump.

03h12 «Socialistes!»

Ça commence à s'invectiver. Le président sortant, qui appelle son adversaire par son prénom, l'accuse d'être un «socialiste» qui veut priver les Américains de couverture médicale. «C'est totalement faux», répond Biden.

03h06 «Nous avons le droit de le faire»

C'est parti pour le débat, organisé à Cleveland. Premier sujet sur le tapis: la Cour suprême. Donald Trump affirme que la candidate qu'il a choisie pour remplacer Ruth Bader Ginsburg est la meilleure. «Nous avons gagné les élections et nous avons le droit de choisir cette juge». Joe Biden affirme, lui, qu'il aurait «fallu attendre» pour que les électeurs aient leur mot à dire en novembre.

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Très souvent censuré par L'Essentiel le 30.09.2020 05:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un débat digne de gamins se disputant un cube Lego à l'école maternelle. C'est vrai que personne ne s'y attendait... Et ça va diriger la première puissance mondiale...

  • Mic le 30.09.2020 05:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pffff .... La politique de bas étages ! Trop d’opportunisme pour occuper la première place et cela dans pratiquement tous les pays ! Ne pas être étonné devant tant d’abstentions aux bureaux de vote ! Ainsi va le monde .....

  • Peace & Love le 30.09.2020 04:02 Report dénoncer ce commentaire

    Cette lutte pathétique d'egos surdimensionnés oublie un détail très important : le bien-être des gens. La politique a lourdement dérapé ces dernières années. Un triste exemple pour la nouvelle génération.

Les derniers commentaires

  • Mic le 30.09.2020 05:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pffff .... La politique de bas étages ! Trop d’opportunisme pour occuper la première place et cela dans pratiquement tous les pays ! Ne pas être étonné devant tant d’abstentions aux bureaux de vote ! Ainsi va le monde .....

  • Très souvent censuré par L'Essentiel le 30.09.2020 05:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un débat digne de gamins se disputant un cube Lego à l'école maternelle. C'est vrai que personne ne s'y attendait... Et ça va diriger la première puissance mondiale...

  • Peace & Love le 30.09.2020 04:02 Report dénoncer ce commentaire

    Cette lutte pathétique d'egos surdimensionnés oublie un détail très important : le bien-être des gens. La politique a lourdement dérapé ces dernières années. Un triste exemple pour la nouvelle génération.