Crise au Zimbabwe

19 novembre 2017 20:19; Act: 19.11.2017 21:24 Print

Robert Mugabe défie les appels à sa démission

Le président zimbabwéen a défié les attentes en s'abstenant de démissionner, allant jusqu'à affirmer qu'il présiderait le mois prochain le congrès de son parti.

storybild

Robert Mugabe, 93 ans, est le plus vieux chef de l'État en exercice au monde.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans la foulée, les anciens combattants de la guerre d'indépendance, organisation très influente, ont appelé les Zimbabwéens à descendre de nouveau dans la rue mercredi pour obtenir le départ du plus vieux dirigeant en exercice au monde. «Le congrès doit se tenir dans les prochaines semaines. J'en présiderai les débats», a déclaré Robert Mugabe à la surprise générale, quelques heures après avoir été démis de ses fonctions de président de la Zanu-PF. Une source proche de son entourage avait auparavant annoncé que le président, âgé de 93 ans dont trente-sept au pouvoir, avait accepté de remettre sa démission, sous la pression de l'armée, de son parti et de la rue.

L'armée a pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi et mercredi, à la suite de l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, et assigné le président à résidence. Samedi, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour soutenir cette intervention et demander le départ du président. «L'opération à laquelle j'ai échappée (...) n'a pas remis en cause mon autorité en tant que chef de l'Etat et commandant en chef de l'armée», a toutefois estimé dimanche Robert Mugabe, flanqué à sa droite de plusieurs hauts responsables militaires.

«Quels que soit les pour et les contre de l'opération de l'armée, moi, en tant que commandant en chef, je reconnais les problèmes qui ont été soulevés», a-t-il ajouté, avant de critiquer «les messages contradictoires du gouvernement et du parti». «Tout cela doit cesser, alors que nous adoptons une nouvelle culture de travail», a-t-il lancé dans un long discours, lu avec grand peine et retransmis en direct à la télévision d'État. «Ce discours était totalement déconnecté de la réalité. Nous soutiendrons toute procédure de destitution et appelons à manifester mercredi», a immédiatement réagi le chef de l'association des anciens combattants, Chris Mutsvangwa, joint par l'AFP. Plus tôt dimanche, la Zanu-PF avait annoncé qu'elle entamerait une procédure de destitution si le président ne remettait pas sa démission d'ici lundi à la mi-journée.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.