Ancien footballeur

14 mai 2020 09:33; Act: 14.05.2020 09:50 Print

Ronaldinho retenu au Paraguay depuis 70 jours

Les avocats de l'ancien footballeur brésilien n'ont pas encore réussi à obtenir la libération de leur client, qui a toujours interdiction de quitter le Paraguay.

storybild

Ronaldinho avait été arrêté pour usage de faux passeport. (photo: AFP/Norberto Duarte)

Sur ce sujet
Une faute?

Assigné à résidence à Asuncion pour usage de faux passeport, l'ancienne star du football brésilien Ronaldinho est retenu depuis près de 70 jours au Paraguay, où ses avocats tentent toujours d'obtenir sa libération. «Nous espérons que l'accusation sera convaincue et permettra à Ronaldinho et à son frère (Roberto de Assis Moreira) de retourner dans leur pays. Nous n'avons pas d'autre choix que d'attendre que l'enquête soit terminée», a indiqué une source de la défense.

Après un mois derrière les barreaux, le Ballon d'or 2005 et son frère sont depuis le 7 avril assignés à résidence dans un hôtel du centre historique de la capitale du Paraguay, en échange du paiement d'une caution de 1,6 million de dollars. «C'est un coup très dur, jamais je n'aurais imaginé me retrouver dans une telle situation», a expliqué fin avril l'ancien attaquant du FC Barcelone et du PSG dans un entretien au journal paraguayen Abc. «Je me suis retrouvé totalement pris au dépourvu lorsque j'ai appris que ces passeports n'étaient pas valables», a également affirmé Ronaldinho, lors de cette première prise de parole publique depuis son arrestation, le 6 mars.

Venus pour faire notamment la promotion d'un livre, tous deux sont accusés d'être entrés au Paraguay en possession de faux passeports. Ils encourent jusqu'à cinq ans de prison. Le ministère public paraguayen, qui dispose d'une durée de six mois pour enquêter, a déjà ordonné l'arrestation de 18 personnes en rapport avec cette affaire. Mardi, la procureure générale de l'État, Sandra Quinonez, a rejeté une demande de récusation contre les cinq procureurs chargés de l'enquête, présentée par deux des accusés paraguayens.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • danthe le 14.05.2020 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    il doit bien savoir ce qu'il fait , il est responsable de ses gestes !!!!!

  • J-P L le 14.05.2020 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Où est le problème? Il a délibérément utilisé un faux passeport, vu que le sien lui avait été retiré par les autorités judiciaires de son pays pour non-paiement des amendes auxquelles il avait été condamné. Pas de liberté sans responsabilité!

Les derniers commentaires

  • danthe le 14.05.2020 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    il doit bien savoir ce qu'il fait , il est responsable de ses gestes !!!!!

  • J-P L le 14.05.2020 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Où est le problème? Il a délibérément utilisé un faux passeport, vu que le sien lui avait été retiré par les autorités judiciaires de son pays pour non-paiement des amendes auxquelles il avait été condamné. Pas de liberté sans responsabilité!