Visite au Maroc

31 mars 2019 13:47; Act: 31.03.2019 13:52 Print

«S'il vous plaît, pas de prosélytisme!», dit le pape

Le souverain pontife a livré un discours dimanche aux chrétiens du Maroc, au deuxième jour de sa visite dans le pays. Il les a mis en garde contre certaines dérives.

storybild

Le pape effectue une visite au Maroc. (photo: AFP/Fadel Senna)

Sur ce sujet
Une faute?

Le pape François consacre dimanche sa seconde journée au Maroc aux minuscules communautés chrétiennes du pays. Dans la cathédrale de Rabat, le pape a expliqué aux petites communautés chrétiennes que l'important n'était pas d'être nombreux mais d'illustrer très concrètement les enseignements de l'Église. «Continuez à vous faire proches de ceux qui sont souvent laissés de côté, des petits et des pauvres, des prisonniers et des migrants», a conseillé le pape, qui avait rencontre la veille 80 migrants dans un centre humanitaire Caritas.

En revanche, «les chemins de la mission ne passent pas par le prosélytisme, qui conduit toujours à une impasse», a fortement insisté le pape. «S'il vous plaît, pas de prosélytisme!», a-t-il martelé en sortant de son texte, «l'Église croît non par prosélytisme mais par le témoignage». La remarque récurrente du pape prend une résonance particulière dans un pays où le prosélytisme actif auprès de musulmans marocains peut valoir jusqu'à trois ans de prison. En revanche, les musulmans ont en théorie le droit de se convertir si c'est leur propre choix, une ouverture notable par rapport à d'autres pays comme les Émirats arabes unis où la conversion encourt la mort.

Le roi du Maroc Mohammed VI, présent samedi toute l'après-midi au côté du pape à l'exception de la rencontre plus confidentielle avec des migrants, avait précisé: «je protège les juifs marocains et les chrétiens d’autres pays qui vivent au Maroc». Il n'a donc fait aucune référence à l'existence très discrète de milliers de Marocains convertis au christianisme, qui se gardent de passer la porte d'une église et plaident depuis 2017 pour bénéficier pleinement de la liberté de culte inscrite dans la Constitution.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jean djé le 31.03.2019 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon Maus, il y a que des violeurs de femmes et d’enfants en prison ? Ça c’est vraiment une réflexion de champion!!!

  • Maus le 31.03.2019 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    rester proche des prisonniers? des violeurs de femme et d enfants. ahh ok pape

  • La bière vivante le 31.03.2019 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans tout les cas, pas les personnes les plus recommandables, même si vous avez raison, il n'y a pas que des violeurs en prison

Les derniers commentaires

  • La bière vivante le 31.03.2019 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans tout les cas, pas les personnes les plus recommandables, même si vous avez raison, il n'y a pas que des violeurs en prison

  • jean djé le 31.03.2019 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon Maus, il y a que des violeurs de femmes et d’enfants en prison ? Ça c’est vraiment une réflexion de champion!!!

  • Maus le 31.03.2019 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    rester proche des prisonniers? des violeurs de femme et d enfants. ahh ok pape