Dans les pays pauvres

26 juillet 2018 14:36; Act: 26.07.2018 14:44 Print

Sauver des vies avec des toilettes toutes simples

Une société japonaise espère, avec une cuvette très simple, réduire les problèmes sanitaires graves liés à l'absence de toilettes dans les pays en développement.

storybild

Ces toilettes ne coûtent que quelques dollars. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Japon est connu pour ses toilettes sophistiquées avec effets sonores, jets nettoyants et systèmes désodorisants mais une société locale développe des toilettes très basiques à destination des pays pauvres. Plus de deux milliards d'êtres humains n'ont pas accès aux équipements sanitaires les plus élémentaires et les enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies qui peuvent se répandre en l'absence de toilettes hygiéniques.

La société Lixil a développé des latrines vendues pour quelques dollars, faites d'un bassinet en plastique de forme oblongue qui peut s'insérer dans le sol en toilettes «à la turque». La cuvette est équipée d'une valve qui se ferme automatiquement pour empêcher d'attirer des insectes qui propagent des maladies et éviter les odeurs. Cette entreprise forme actuellement un partenariat avec l'Unicef, l'agence des Nations unies chargée des enfants, qui va promouvoir ces toilettes baptisées SATO, dans l'espoir de sauver des vies.

Privés de dignité

Un tel partenariat tirera parti «des capacités commerciales, de la technologie, du savoir et de l'innovation» de Lixil, a estimé Andres Franco, directeur adjoint de l'Unicef pour le secteur privé. Aux termes de l'accord, l'Unicef fera connaître les toilettes SATO en Éthiopie, au Kenya, en Tanzanie, a expliqué le président de Lixil, Kinya Seto, avec pour objectif d'aider 250 millions de personnes à accéder à des toilettes adéquates d'ici à 2021. Quelque 2,3 milliards de personnes à travers le monde n'ont pas accès aux toilettes les plus élémentaires, dont 892 millions de personnes qui en sont réduites à déféquer à la vue de tous, selon l'Unicef.

«Cela prive les gens de leur dignité et les expose à des maladies mortelles», a déclaré Shanelle Hall, directrice exécutive adjointe de l'Unicef, jeudi, au cours d'une conférence de presse commune avec Lixil. «De fait, chaque jour, l'eau sale, les mauvais systèmes sanitaires et une hygiène déficiente provoquent la mort de quelque 800 enfants de moins de cinq ans.» Lixil a déjà vendu environ 1,8 million de toilettes SATO dans 15 pays depuis la sortie de ce produit en 2013. M. Seto espère étendre ses ventes grâce à l'Unicef «qui a une crédibilité et un réseau à travers le monde, que nous n'avons pas (...) afin de donner aux enfants un accès à des toilettes».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.