En Ouganda

24 octobre 2019 18:57; Act: 25.10.2019 15:53 Print

16 militants LGBT forcés à faire des tests anaux

Des militants ougandais LGBT ont été soumis à des tests anaux forcés après avoir été arrêtés, a annoncé la principale organisation de défense des droits des homosexuels du pays.

storybild

Les hommes, membres d'un groupe appelé «Let's Walk Together» (Marchons ensemble) ont été détenus au-delà du délai de 48 heures sans audition au tribunal. (photo: AFP/Isaac Kasamani)

Sur ce sujet
Une faute?

Les seize hommes ont été interpellés par la police, lundi, pour les protéger d'une foule homophobe qui avait encerclé la maison où ils se trouvaient. Ils ont ensuite été arrêtés pour infraction à la loi antihomosexuels datant de l'époque coloniale.

Un porte-parole de la police, Fred Enanga, a déclaré qu'ils avaient été remis en liberté jeudi soir. «La nuit dernière (mercredi) la police les a soumis à des examens anaux forcés», avait déclaré Franck Mugisha, directeur de l'organisation Sexual Minorities Uganda (SMUG). Ces test sont «dégradants et inhumains», a-t-il affirmé.

Le porte-parole de la police, Patrick Onyango, avait indiqué «qu'à la suite de nouveaux développements fondés sur les examens médicaux, il est établi que les suspects ont été impliqués dans des actes sexuels punissables aux termes du code pénal».

Selon l'ONG Human Rights Watch, les examens anaux constituent une technique discréditée depuis longtemps qui a pour but de déterminer si quelqu'un a eu des relations homosexuelles, afin de disposer de preuves pour le poursuivre en justice.

Selon l'organisation SMUG, les attaques contre les personnes LGBT ont fortement augmenté au cours des dernières semaines, depuis les déclarations du ministre ougandais de l'Éthique, Simon Lokodo, qui souhaite l'application stricte de la législation contre les homosexuels.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 24.10.2019 21:22 Report dénoncer ce commentaire

    Quand même ils exagèrent même en URSS/Russie on ne fait pas ça avec eux! Un minimum de respect pour eux, non?

Les derniers commentaires

  • Grand Maître le 24.10.2019 21:22 Report dénoncer ce commentaire

    Quand même ils exagèrent même en URSS/Russie on ne fait pas ça avec eux! Un minimum de respect pour eux, non?