Meurtres au Canada

01 août 2019 19:09; Act: 02.08.2019 11:50 Print

«Seuls en forêt, traqués, ils ne feront pas long feu»

Selon les experts, les chances de survie des deux jeunes fugitifs recherchés dans le nord du Manitoba sont minces, dans cette région inhospitalière.

storybild

Depuis dix jours, Kam McLeod et Bryer Schmegelsky font l'objet d'une traque sans merci menée par des policiers lourdement armés

Sur ce sujet
Une faute?

Menacés par les ours et les loups, harcelés par les moustiques, à court de nourriture et d'eau potable, traqués depuis 10 jours par la police: s'ils sont encore dans le nord du Manitoba, les deux fugitifs canadiens soupçonnés d'un triple meurtre ne pourront survivre très longtemps, selon des experts. «Je ne pense pas qu'ils aient de grandes chances de survie», estime auprès de l'AFP Mathieu Hébert, cofondateur de l'école de survie Les Primitifs, basée au Québec.

Deux garçons «seuls dans le bois, pourchassés par tout le monde, ça ne fera pas long feu». Kam McLeod, 19 ans, et Bryer Schmegelsky, 18 ans, aperçus pour la dernière fois près de Gillam, dans le nord du Manitoba, sont soupçonnés d'avoir tué trois personnes, dont un jeune Australien et son amie américaine. Depuis dix jours, ils font l'objet d'une traque sans merci menée par des policiers lourdement armés, accompagnés de chiens pisteurs, de drones et d'avions à caméras thermiques.

Les forces de l'ordre ont ratissé une zone sauvage de 11 000 km2, dans une région reculée de la province où les deux jeunes se seraient réfugiés au terme d'une cavale de 3 000 kilomètres depuis la Colombie-Britannique (ouest). Les deux jeunes hommes seraient des adeptes du «survivalisme», ou l'art de la survie en terrain hostile, auquel ils se seraient initiés grâce à Internet.

Mais «la plupart des gens qui disent faire partie de ce mouvement sont des gens qui passent du temps sur YouTube et regardent des vidéos de gens qui montrent différentes techniques, mais ne les pratiquent pas forcément eux-mêmes», tempère Manu Tranquard, professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi. «Ils ont 18 et 19 ans, alors quand bien même ils s'intéresseraient au survivalisme, de là à dire que ce sont des experts, ce serait aller un peu vite», souligne-t-il.

Hypothermie

«Quelqu'un qui se perd dans la forêt doit arrêter de bouger, se mettre à l'abri des éléments, se chauffer, purifier son eau pour boire et trouver de la nourriture. Eux doivent faire ça en étant cachés... c'est très difficile», explique M. Hébert. Pour rester discrets, donc, impossible pour les fugitifs de rester au même endroit trop longtemps, d'utiliser un téléphone portable, des armes à feu pour chasser ou se défendre contre les animaux sauvages. Impossible également d'allumer du feu la nuit pour se réchauffer, cuisiner, ou faire bouillir de l'eau pour la purifier.

L'hostilité de la forêt du Nord du Manitoba implique également une progression lente et énergivore, dans un milieu où les calories sont des denrées rares. Mercredi, la police a annoncé réduire son effort de recherche dans la région, faute d'avoir trouvé les fugitifs. Les enquêteurs n'excluent pas qu'ils soient déjà morts, ou qu'ils aient trouvé le moyen de fuir le nord du Manitoba. «S'ils sont encore vivants (...) le temps joue en faveur des policiers», conclut M. Hébert.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • la deux le 01.08.2019 20:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en attendant ça fait plus d'une semaine qu'ils courent

  • Hank Messaouda le 01.08.2019 21:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont quitté le Canada ?

  • bonsens le 02.08.2019 05:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Drones et avions à caméra thermique et ils espèrent quoi? Pour information un ours ou un humain a la même trace thermique vu du ciel...

Les derniers commentaires

  • bonsens le 02.08.2019 05:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Drones et avions à caméra thermique et ils espèrent quoi? Pour information un ours ou un humain a la même trace thermique vu du ciel...

    • Bonsensoui le 02.08.2019 09:47 Report dénoncer ce commentaire

      Un ours n'apparait pas de la meme maniére qu'un humain sur une caméra. Par ailleurs, certains animuax n'ont pas la même signature themrique que les humains de par leur thermorégulation ou leur phisiologie. Enfin, peut-être font ils du feu pour manger, se réchauffer ou purifier leur eau.

    • @bon sens le 02.08.2019 10:30 Report dénoncer ce commentaire

      Visiblement, il y a des experts, même en imagerie d'ours, à Luxembourg. Mais je préfère croire ceux qui vivent sur place et qui ont bien plus d'expérience que vous dans l'analyse de ces images. Mais pour votre info: je ne connais aucun humain qui se déplacerait horizontalement, à 4 pattes.

  • Hank Messaouda le 01.08.2019 21:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont quitté le Canada ?

  • la deux le 01.08.2019 20:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en attendant ça fait plus d'une semaine qu'ils courent