Le fils du candidat

26 octobre 2020 22:21; Act: 27.10.2020 10:59 Print

Sexe et corruption: Hunter Biden au cœur de la bataille

Dans l’espoir de remonter dans les sondages, Donald Trump ne cesse de traiter la famille de son rival d’«entreprise criminelle». Le fils cadet du démocrate est sa cible favorite.

storybild

Hunter Biden est régulièrement attaqué par le clan républicain. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

À la traîne dans les sondages, Donald Trump attaque régulièrement Joe Biden sur sa santé mentale prétendument défaillante, se moquant des trous de mémoire et autres bégaiements de son rival. Il y a un autre axe d’attaque que le président américain affectionne tout particulièrement: Hunter Biden, le fils cadet du candidat démocrate. Sextape, corruption, liens troubles avec l’Ukraine: pour Donald Trump, tous les moyens sont bons pour atteindre la famille Biden, qu’il qualifie «d’entreprise criminelle». Quitte à recourir à quelques «fake news».

Hunter Biden impliqué dans un réseau de trafic sexuel?

L’équipe de Donald Trump accuse le fils de Joe Biden d’avoir payé des femmes russes et d’autres pays de l’Est qui seraient «liées à un réseau de prostitution ou de traite des êtres humains en Europe de l’Est». Ces allégations figurent dans un rapport sur les activités de Hunter Biden, publié en septembre par les comités sénatoriaux de la Sécurité intérieure et des Finances, dirigés par des républicains.

Or, ce document de 87 pages contient des informations déjà connues du public et des suppositions qui ne reposent sur aucune preuve tangible. L’un des deux sénateurs a d’ailleurs fini par reconnaître à la radio que les comités ne disposaient de «pas beaucoup d’informations à ce sujet». Comme le rappelle Franceinfo, l’ex-femme de Hunter Biden avait porté plainte contre lui en 2017 pour avoir dilapidé leur argent en «drogue, alcool, prostituées, clubs de strip-tease et cadeaux à des femmes avec lesquelles il avait des relations sexuelles». Des accusations que le fils du démocrate a toujours niées.

Hunter Biden a-t-il présenté un homme d’affaires ukrainien à son père?

Le 14 octobre, le «New York Post» affirmait détenir la preuve que Hunter Biden avait présenté un homme d’affaires ukrainien à son père quand il était vice-président. Le tabloïd évoquait un e-mail «explosif» retrouvé dans l’ordinateur du fils Biden et émanant d’un conseiller du directoire de Burisma, une entreprise ukrainienne de gaz naturel. «Cher Hunter, merci de m’avoir invité à DC (NDLR: Washington) et de m’avoir donné l’opportunité de rencontrer votre père et d’avoir passé du temps ensemble», disait ce prétendu message envoyé en avril 2015.

À l’époque, Joe Biden était très impliqué dans les relations internationales. Il était notamment en première ligne lorsque les tensions entre la Russie et l’Ukraine s’étaient accentuées en 2014. Pendant ce temps, Hunter Biden entrait au conseil d’administration de Burisma, dont le propriétaire n’est autre que Mykola Vladislavovytch Zlotchevski, un ex-ministre ukrainien pro-russe. Ce recrutement avait alors fait craindre l’apparition de conflits d’intérêts à la Maison-Blanche.

Le scoop du New York Post a de quoi laisser sceptique, tant la découverte de ce fameux e-mail semble tirée par les cheveux. Il aurait été retrouvé dans un ordinateur portable déposé en avril 2019 dans une boutique de réparation par Hunter Biden lui-même. Le responsable du commerce assure avoir reconnu le fils du démocrate, tout en avouant être aveugle. L’ordinateur serait resté en rade pendant trois mois et, intrigué, le gérant de la boutique aurait fait une copie du disque dur avant de l’envoyer à Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump. C’est lui qui aurait, par la suite, transmis le matériel au New York Post.

En plus de cet e-mail, des messages, des photos personnelles et même une sextape de Hunter Biden seraient parvenues au journal par l’entremise de Giuliani, qui cherchait depuis longtemps des infos croustillantes sur Hunter. Un porte-parole de Joe Biden s’est empressé d’assurer que les archives de son programme officiel ne contenaient aucune trace de cette rencontre. Le démocrate n’a pas souhaité épiloguer: «C’est juste une autre campagne de dénigrement», a-t-il assuré.

Des sextapes fuitent en Chine

De prétendues sextapes montrant Hunter Biden se droguer et avoir des rapports avec plusieurs femmes sont apparues samedi soir sur une plateforme de vidéos en ligne, rapporte le «Daily Mail». Ces images ont été publiées sur GTV, filiale de GTV Media Group, fondé en avril 2020 par le milliardaire chinois Guo Wengui et… Steve Bannon, le sulfureux ancien conseiller de Donald Trump. On ignore si ces documents, dont l’authenticité n’a pas été établie, proviennent du fameux ordinateur évoqué par le New York Post.

(L'essentiel/joc)