Espace

13 septembre 2021 11:07; Act: 13.09.2021 12:56 Print

SpaceX lance le tourisme spatial sans astronaute pro

Mercredi, quatre passagers novices passeront trois jours dans l’espace, la première mission de l’Histoire, sans aucun astronaute professionnel.

storybild

Le commandant de la mission Inspiration4, Jared Isaacman, le 2 février 2021, à Hawthorne, en Californie. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Au tour de SpaceX de se lancer dans le tourisme spatial. Une fusée de la société d’Elon Musk doit propulser mercredi, quatre passagers qui passeront trois jours dans l’espace, une mission très ambitieuse qui sera la première de l’Histoire à n’envoyer en orbite que de complets novices, sans aucun astronaute professionnel.

Baptisée Inspiration4, cette mission doit conclure un été marqué par l’envol de milliardaires au-dessus de l’ultime frontière: d’abord Richard Branson le 11 juillet, à bord du vaisseau de Virgin Galactic, puis quelques jours plus tard Jeff Bezos, avec sa société Blue Origin. Le touriste milliardaire de SpaceX se nommera pour sa part Jared Isaacman, Américain de 38 ans, patron d’une entreprise de services financiers et pilote aguerri. Mais lui n’a pas fondé l’entreprise lui permettant de faire le voyage. Il en loue simplement les services, pour un prix qui n’a pas été dévoilé mais qui se compte en dizaines de millions de dollars. Car la mission n’a rien à voir avec l’expérience de seulement quelques minutes proposée par Virgin Galactic et Blue Origin.

Un décollage sur une aire mythique

Cette fois, il s’agit d’aller voler plus loin que la Station spatiale internationale (ISS). «Le risque n’est pas de zéro», reconnaît Jared Isaacman dans l’un des épisodes du documentaire diffusé par Netflix sur la mission. «Vous voyagez dans un vaisseau à 28 000 km/h autour du globe. Ce genre d’environnement est associé à un certain risque». La société d’Elon Musk a déjà transporté pas moins de dix astronautes vers l’ISS pour le compte de la Nasa. Mais ils seront les premiers passagers privés à monter dans la capsule Dragon, lancée par la fusée Falcon 9.

Le décollage est prévu ce mercredi, à partir de 20h, sur la côte est américaine (2h au Luxembourg). Une autre opportunité de lancement est planifiée jeudi, si les conditions météo l’imposent. Les passagers décolleront depuis la mythique aire de lancement 39A, au Kennedy Center de la Nasa, en Floride, d’où décollèrent les missions Apollo vers la Lune.

«On va sur la Lune?»

Outre Jared Isaacman, commandant à bord, trois anonymes seront du voyage, sélectionnés via un processus original qui a débuté par une publicité projetée durant la mi-temps du Super Bowl, événement sportif américain. Chaque siège est censé incarner une valeur. Hayley Arceneaux, rescapée d’un cancer pédiatrique, représente l’«espoir». Elle sera la première personne avec une prothèse à se rendre dans l’espace - et sûrement celle qui est le moins liée à cet univers.

«Est-ce qu’on va aller sur la Lune?» a-t-elle demandé lorsque l’opportunité lui a été présentée. Et après avoir découvert que non: «Apparemment, on n’y a pas été depuis des décennies! C’est une chose que j’ai apprise», rit-elle dans le documentaire. La jeune femme de 29 ans a été sélectionnée car elle travaille en tant qu’assistante médicale dans l’hôpital pédiatrique de St Jude, à Memphis dans le Tennessee - un établissement pour lequel Jared Isaacman a lancé une immense levée de fonds.

L’un des donateurs a obtenu le siège de la «générosité»: Chris Sembroski, 42 ans, est un ancien de l’armée de l’Air américaine qui travaille désormais dans l’industrie aéronautique. Le dernier siège représente la «prospérité», et a été offert à Sian Proctor, une professeure de sciences de la Terre de 51 ans qui a failli, en 2009, devenir astronaute pour la Nasa. Elle sera seulement la quatrième femme Afro-Américaine à aller dans l’espace.

Des mois d’entraînement

Les membres d'équipage se sont entraînés depuis plusieurs mois. Ils ont expérimenté la force g à laquelle ils seront exposés grâce à une centrifugeuse - un bras de plusieurs mètres en rotation rapide. À bord de vols paraboliques, ils ont pu goûter à une sensation d’apesanteur. Ils ont aussi effectué un trek dans la neige en haute altitude sur le Mont Rainier, dans le nord-ouest des États-Unis. Enfin, ils ont passé du temps dans les locaux de SpaceX, même si le vol devrait normalement rester entièrement automatisé.

Durant les trois jours en orbite, leur sommeil, leur rythme cardiaque, leur sang ou encore leurs capacités cognitives seront analysés. Des tests seront effectués avant et après le vol, pour étudier l’effet du voyage sur leur corps. L’idée est d’accumuler des données pour les futurs passagers privés. Car le but affiché de la mission est d’ouvrir les portes de l’espace à un plus grand nombre - bien que celles-ci ne restent pour le moment qu’entr'ouvertes pour quelques privilégiés.

«Dans toute l’histoire de l’humanité, moins de 600 êtres humains ont atteint l’espace», a rappelé Jared Isaacman, dans un communiqué, le mois dernier. «Nous sommes fiers que notre vol puisse aider tous ceux qui voleront après nous».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • i Lao tseu le 13.09.2021 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ouvrir la porte du tourisme spatial et surtout changer votre diesel par une voiture electrique tesla histoire de polluer moi lollllllllllllll on nous prend vraiment pour des ânes

  • wawa le 13.09.2021 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    formidable...et on continue à nous bassiner avec le Co2 des voitures des gens vont travailler

  • PaD le 13.09.2021 11:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je n’arrive pas à avoir un avis tranché. Mégalomanie déguisée en générosité et progrès technique ? Démission complète des états qui vendent déjà l’espace aux plus offrants ? Diversion pour faire oublier quelque jours de plus l’état du monde ? Dernier jouet à la mode chez les plus riches qui évitent l’indécence par l’octroi de sièges à des plus pauvres ? Préparation de vraies missions d’exode ? Bon bref … techniquement bravo !

Les derniers commentaires

  • robert le 17.09.2021 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Robby Quand je pense au coût de cette balade dans l’espace alors qu’il y a des populations qui crèvent de faim

  • permis de voler le 14.09.2021 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    en gros on va lâcher 4 personnes qui viennent juste d'avoir leur permis de conduire ... ils devront apposer un L sur une des vitres de la navette ???? ?

  • Henck le 14.09.2021 08:12 Report dénoncer ce commentaire

    Un rêve enfin accessible , enfin accessible mais pas pour moi. J'ai toujours rêvé de voir la terre depuis en haut, si quelqu'un se souvient de la pochette de l'album Back to the Egg des Wings , ben un peu ça en fait. Bien ou mal, on peut en débattre, est ce un progrès pour l humanité qui ne cesse de détruire son habitat, au fond certainement pas , mais faisons un pas de côté égoïste : qui aurait un jour cru pouvoir aller dans l espace ?

  • jojo le 14.09.2021 08:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pendant ce temps..on paye nos malus pour voiture polluante

  • le moderateur le 14.09.2021 00:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est les gens qui roule en diesel qui vous ont rendu riche les pauvres quoi…..