Birmanie

26 octobre 2021 16:11; Act: 26.10.2021 16:14 Print

Suu Kyi témoigne pour la première fois à son procès

Le prix Nobel de la paix 1991 et ancienne dirigeante de la Birmanie a été auditionnée mardi lors de son procès, qui se tient à huis clos.

storybild

Aung San Suu Kyi est poursuivie pour importation illégale de talkies-walkies, violation des restrictions liées au Covid-19, sédition, corruption. Elle risque des dizaines d’années de prison. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

L’ex-dirigeante civile de la Birmanie, Aung San Suu Kyi, jugée depuis juin après avoir été renversée en février par un coup d’État militaire, a témoigné mardi pour la première fois devant un tribunal de la junte, a-t-on appris auprès d’une source proche du dossier.

Selon cette source, le prix Nobel de la paix 1991, âgée de 76 ans et assignée à résidence à Naypyidaw lors du putsch, a «fourni elle-même ses déclarations à la cour» en réponse aux accusations d’incitation aux troubles publics dont elle fait notamment l’objet et pour lesquelles elle avait plaidé non coupable en septembre.

Procès à huis clos

Outre les accusations d’incitation aux troubles publics, Aung San Suu Kyi est poursuivie pour une série d’infractions – importation illégale de talkies-walkies, violation des restrictions liées au Covid-19, sédition, corruption… Elle risque des dizaines d’années de prison.

Le contenu de son témoignage mardi «ne peut pas être révélé» jusqu’à ce que le tribunal certifie ses déclarations, a précisé la même source en ajoutant que cela pourrait intervenir la semaine prochaine. Les médias se sont vus interdire l’accès au procès d’Aung San Suu Kyi qui se déroule à huis clos dans un tribunal spécial de la capitale Naypyidaw.

Parenthèse démocratique

Le principal avocat de l’ex-dirigeante, Khin Maung Zaw, avait annoncé mi-octobre ne plus avoir le droit de parler aux médias, aux diplomates étrangers et aux organisations internationales, relayant sur Facebook une ordonnance en ce sens du régime militaire.

Le putsch militaire du 1er février a mis fin à une brève parenthèse démocratique d’une décennie dans le pays. L’armée mène depuis une répression sanglante contre les opposants au coup d’État.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Furax le 26.10.2021 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    encore un bel exemple de démocratie ça, jugée par ceux qui l'ont renversée

  • Barak Obam le 26.10.2021 21:21 Report dénoncer ce commentaire

    Le prix Nobel qui aurait dû être retiré après ce qu'elle a fait avec les Rohingyas

Les derniers commentaires

  • Barak Obam le 26.10.2021 21:21 Report dénoncer ce commentaire

    Le prix Nobel qui aurait dû être retiré après ce qu'elle a fait avec les Rohingyas

  • Furax le 26.10.2021 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    encore un bel exemple de démocratie ça, jugée par ceux qui l'ont renversée

    • Pas Meilleure que les Autres le 26.10.2021 21:19 Report dénoncer ce commentaire

      bon enfin, son gouvernement est quand même accusé de massacres et d'avoir expulsé tout un peuple hors de ses terres