Lula en prison

10 avril 2018 19:47; Act: 10.04.2018 19:55 Print

Télévision, bain de soleil et toilettes privées

L'ancien président jouit de conditions de détention infiniment plus confortables que les prisonniers brésiliens ordinaires.

storybild

Luiz Inacio Lula da Silva (veste grise) à son arrivée à la prison de Curitiba. (photo: AFP/Mauro Pimentel)

Sur ce sujet

L'ex-président brésilien Lula peut regarder la télévision dans sa cellule de Curitiba (sud), ou prendre un bain de soleil dans la cour, mais jusqu'à présent il a préféré rester entre ses quatre murs avec un livre, ont rapporté mardi les médias. En tant qu'ancien chef de l'Etat, Lula, 72 ans, a droit à huit personnes à son service, la moitié d'entre eux étant des chauffeurs ou gardes du corps. Mais pour des raisons évidentes, ils sont contraints de rester en dehors du siège de la Police fédérale où l'icône de la gauche est incarcérée depuis samedi. Le président actuel, Michel Temer, songe même à priver Lula de ce privilège pour cette raison, selon un porte-parole de la présidence.

Malgré tout, Lula, qui purge une peine de 12 ans et un mois de réclusion pour corruption et blanchiment d'argent, jouit de conditions de détention infiniment plus confortables que les prisonniers brésiliens de droit commun, qui s'entassent dans des établissements vétustes et violents. Il ne risque pas de se retrouver au milieu d'une émeute sur fond de guerre des gangs au cours de laquelle des détenus sont décapités, brûlés ou éviscérés.

Lula ne doit pas porter l'uniforme ni se raser

Sa cellule de 15 m2 se trouve dans un immeuble moderne, inauguré sous sa propre présidence, en 2007. Son nom est même écrit sur une plaque dorée au rez-de-chaussée. Cette salle, qui a pour surnom «l'état-major», est en fait une pièce utilisée en général par des avocats ou des employés travaillant dans l'immeuble qui doivent y passer la nuit. Elle lui a été réservée pour qu'il puisse y être seul, bénéficiant même de toilettes privées.

Et comme il s'agit d'un bâtiment de police et non d'une prison conventionnelle, Lula ne doit pas porter l'uniforme ni avoir le crâne, et encore moins sa célèbre barbe blanche, rasés. Il a obtenu une autre faveur: l'installation d'une télévision. Cela lui a permis de regarder dimanche, lors de sa première journée sous les verrous, son club de cœur, Corinthians, remporter la finale du championnat de football de Sao Paulo. Mais cette satisfaction fugace risque de ne pas être suffisante pour maintenir son moral au beau fixe. «Des amis proches de Lula sont inquiets qu'il puisse sombrer dans la dépression en prison», a affirmé la chroniqueuse Monica Bergamo dans un article du quotidien Folha de S.Paulo.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 10.04.2018 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    L'ancien président jouit de conditions de détention infiniment plus confortables que les prisonniers brésiliens ordinaires mais c'est normal il a tant fait pour son pays !

  • H30 le 10.04.2018 22:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pareil que dans les prisons françaises, aux bains de soleils près

Les derniers commentaires

  • H30 le 10.04.2018 22:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pareil que dans les prisons françaises, aux bains de soleils près

  • torolkozo le 10.04.2018 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    L'ancien président jouit de conditions de détention infiniment plus confortables que les prisonniers brésiliens ordinaires mais c'est normal il a tant fait pour son pays !