Chine

08 août 2020 09:46; Act: 08.08.2020 09:55 Print

TikTok et WeChat, menace relative pour les États-​​Unis

TikTok représente «une opération massive d’aspiration de données» mais ni plus ni moins que les autres réseaux sociaux américains, selon un expert.

storybild

Pour cet expert, ces plateformes ne représentent pas un risque particulier tant que les utilisateurs sont conscients du danger. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Malgré les raisons avancées par Donald Trump, le tour de vis contre les plateformes TikTok et WeChat, joyaux chinois de l’internet, ne présente pas un intérêt «majeur» pour la sécurité des États-Unis, estiment les experts du secteur qui soupçonnent le président-candidat d’avoir d’autres motivations.

«Il n’y a aucune justification pour bannir une application juste parce qu’elle est chinoise», déclare à l’AFP Daniel Castro de la Fondation pour l’Innovation et les Technologies de l’Information. «Des accusations de risques sécuritaires doivent être étayées par des preuves solides, pas par des insinuations sans fondement», poursuit-il, en craignant que la mesure ne se retourne contre les géants américains des technologies. «Ils vont perdre des parts de marché mondiales si d’autres pays se mettent à appliquer les mêmes règles et à bloquer des entreprises américaines parce qu’ils craignent d’être surveillés par les États-Unis», dit-il.

Donald Trump a signé jeudi un décret interdisant, d’ici à 45 jours, toutes transactions de personnes sous juridiction américaine avec ByteDance, la maison mère chinoise de l’application de vidéos légères TikTok. Il a pris une mesure comparable pour la plateforme WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent et est omniprésente dans la vie des Chinois (messagerie, paiements à distance, réservations…).

«Urgence nationale»

Le milliardaire républicain a invoqué une «urgence nationale», accusant les deux applications de recueillir, pour le compte de Pékin, les informations personnelles de leurs utilisateurs, aussi bien américains que chinois présents aux États-Unis. Les deux services «posent plus un problème politique qu’une menace sécuritaire», estime pourtant Nicholas Weaver, professeur en sécurité informatique à l'université de Californie.

Ils collectent certes bien les données de leurs centaines de millions d’usagers et WeChat les stocke sur des serveurs en Chine qui, en vertu d’une loi de 2017, doivent être accessibles aux services de renseignement chinois. «WeChat utilise des liens cryptés vers ses serveurs en Chine mais ces serveurs peuvent les lire et le gouvernement chinois aussi», reconnaît Nicholas Weaver.

Pour lui, il n’existe toutefois pas vraiment d’alternative pour échanger avec des Chinois. «En interdisant WeChat, ça va surtout empêcher les Américains de communiquer avec des amis ou des proches en Chine, ce qui est une idée horrible», juge-t-il.

«Discrétion»

Quant à l’application TikTok, extrêmement populaire auprès des jeunes, elle représente bien «une opération massive d’aspiration de données» mais ni plus ni moins que les autres réseaux sociaux américains. «Bien sûr que le gouvernement chinois peut y accéder, mais comme le gouvernement américain», dit-il.

Pour cet expert, ces plateformes ne représentent pas un risque particulier tant que les utilisateurs sont conscients du danger. La meilleure approche «n’est pas un interdit complet mais de mieux communiquer auprès des entreprises américaines pour les appeler à la vigilance, et de configurer les systèmes du gouvernement pour éviter les risques» d’espionnage, conseille-t-il. «Les vraies menaces sécuritaires – et il y en a – sont mieux gérées dans la discrétion», estime encore Weaver.

Ni WeChat ni TikTok ne devraient être installés sur les téléphones de responsables américains ou de fonctionnaires, estime de son côté Adam Segal, directeur du programme sur la sécurité numérique au Council on Foreign Relations. Mais l’interdit «n’est pas une action essentielle pour augmenter la cybersécurité», juge-t-il aussi, en spéculant sur une possible motivation politique à la décision de Donald Trump, qui espère décrocher un nouveau mandat le 3 novembre.

Le président républicain «semble motivé par son sens de la compétition technologique avec les Chinois et son désir de se montrer ferme envers la Chine à l’approche de l’élection», avance M. Segal en soulignant l’ambiguïté de l’annonce. L’administration américaine «a été très claire quand elle a dit qu’on allait concurrencer la Chine et que nous devions la contenir», souligne-t-il. En revanche, poursuit-il, «elle n’a pas dit clairement ce qu’elle attendait de la Chine».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • private le 08.08.2020 15:54 Report dénoncer ce commentaire

    le produit c'est vous, tout le monde le fait et tout le monde refuse que son voisin fasse pareil

Les derniers commentaires

  • private le 08.08.2020 15:54 Report dénoncer ce commentaire

    le produit c'est vous, tout le monde le fait et tout le monde refuse que son voisin fasse pareil