États-Unis

11 août 2020 12:38; Act: 11.08.2020 12:58 Print

Trois maisons soufflées par une explosion

Une explosion de gaz a détruit trois maisons en rangée à Baltimore lundi, tuant une femme et piégeant d’autres personnes. Au moins six personnes ont été grièvement blessées.

Sur ce sujet
Une faute?

Une importante explosion de gaz naturel survenue lundi matin à Baltimore, dans le Maryland (nord-est des États-Unis), a complètement détruit trois maisons et en a endommagé plusieurs autres dans un quartier résidentiel, selon Associated Press.

Une quatrième maison a été éventrée et les fenêtres des maisons alentour ont été soufflées, laissant le quartier parsemé de verre et d’autres gravats. Le drame a fait une morte et au moins six blessés graves.

«C’est une catastrophe. C’est incroyable», a déclaré Diane Glover, qui vit de l’autre côté de la rue. Ses fenêtres se sont brisées et sa porte d’entrée a été soufflée. «Je suis toujours secouée», a-t-elle déclaré des heures plus tard.

Des dizaines de pompiers ont été dépêchés sur place et cherchaient d’éventuels survivants. Avant l’intervention des secours, des voisins sont intervenus. Glover, 56 ans, et son père de 77 ans étaient à la maison lorsque l’explosion a secoué leur maison: «J’ai regardé par la fenêtre de la salle de bains et il y avait une maison par terre. On aurait dit qu’une bombe avait explosé». Kevin Matthews, un autre résident du quartier, raconte avoir entendu des enfants crier: «Venez nous chercher! Nous sommes coincés».

La cause de l’explosion n’est pas encore certaine, mais l’hypothèse d’une fuite de gaz est la plus probable. Le maire de la ville Bernard Young, qui s’est déplacé sur les lieux, s’est dit «dévasté» par cet événement tragique.

L’année dernière, le Baltimore Sun rapportait ainsi que de telles fuites étaient de plus en plus fréquentes dans cette ville, une vingtaine étant découvertes chaque jour, selon les rapports de la Baltimore Gas and Electric Co. Selon le quotidien, des milliers de kilomètres de conduites vétustes doivent être remplacés, mais des travaux d’une telle envergure coûteraient près d’un milliard de dollars et pourraient prendre jusqu’à deux décennies.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.