Singapour

12 juin 2018 06:45; Act: 12.06.2018 09:21 Print

Trump a invité Kim à la Maison-​​Blanche

Le président américain et le dirigeant nord-coréen se sont serré la main, mardi matin, à Singapour. Ils ont signé un document commun et Trump a invité Kim à Washington.

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a invité Kim Jong-un à la Maison-Blanche. Les deux dirigeants, qui se sont rencontrés mardi à Singapour lors d'un sommet historique, ont également signé un document commun «pour la nouvelle ère qui s'annonce. On va voir un changement très important», selon le dictateur nord-coréen, qui a remercié son homologue américain pour «avoir organisé ce sommet». Donald Trump s'est lui montré confiant, affirmant que la dénucléarisation de la Corée du Nord allait commencer rapidement.

Plus tôt mardi, les deux leaders avaient échangé une poignée de main historique, la première entre un président américain en exercice et un leader nord-coréen. Cette image symbolique et longtemps inimaginable, après des décennies de tensions liées aux ambitions nucléaires de la Corée du Nord, avait marqué l'ouverture d'un sommet lourd d'enjeux pour l'Asie et le monde.

Diaporama: Trump et Kim se sont rencontrés à Singapour

Les deux hommes aux parcours et au style radicalement différents, que plus de 30 ans séparent, se sont longuement serré la main devant une grande rangée de drapeaux des deux pays ennemis, dans un hôtel de luxe sur l'île de Sentosa, à Singapour.

«Nous allons avoir une relation formidable», a lancé peu après M. Trump, assis au côté de l'homme fort de Pyongyang, se disant convaincu que la rencontre serait un «immense succès». «Ravi de vous rencontrer M. le président», a de son côté déclaré le dirigeant nord-coréen. «Le chemin pour en arriver là n'a pas été facile», a-t-il ajouté. «Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été autant d'obstacles, mais nous les avons tous surmontés pour nous retrouver ici aujourd'hui».

À l'issue de leur tête-à-tête d'environ cinquante minutes, le président américain a fait part de son optimisme sur les discussions en cours, assurant qu'elles se passaient «très, très bien». Ils se sont ensuite réunis pour une rencontre autour d'une table avec leurs équipes respectives.

Arrivé au pouvoir sans la moindre expérience diplomatique, Donald Trump a pris de grands risques en faisant le pari, il y a trois mois, d'un sommet avec Kim Jong-un, avec lequel il a échangé menaces et insultes pendant des mois.

Un peu plus de 500 jours après son arrivée à la Maison-Blanche, il joue l'un des moments les plus importants de sa présidence sur la scène internationale, où il s'est mis nombre de dirigeants à dos, y compris parmi les alliés des États-Unis.

L'arsenal nucléaire nord-coréen, qui a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l'ONU au fil des ans, était bien au cœur des discussions. Personnage central de ce dialogue, le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo, qui a rencontré Kim Jong-un à deux reprises, a assuré lundi que les discussions avaient progressé rapidement au cours des ultimes rencontres, se disant «très optimiste quant aux chances de réussite».

«Dès la première minute»

Trump, qui met inlassablement en avant son sens de la négociation et son instinct, avait assuré qu'il saurait «dès la première minute» de sa rencontre avec l'homme fort de Pyongyang si ce dernier est déterminé à bouger. Et si, en dépit de préparatifs chaotiques, des signaux parfois contradictoires envoyés par l'administration Trump, d'une annulation suivie presque immédiatement d'une reprise des contacts, ce président atypique réussissait là où tous ses prédécesseurs ont échoué?

«Trump va probablement crier victoire quel que soit le résultat du sommet, mais la dénucléarisation de la péninsule coréenne est un processus qui prendra des années», estimait avant le sommet Kelsey Davenport, de l'Arms Control Association. Le vrai test sera «l'adoption ou non par la Corée du Nord de mesures concrètes pour réduire la menace que représentent ses armes nucléaires».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • @US pour le 12.06.2018 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump ne travaille pas pour vous, ne l'oubliez pas.

  • Sagga le 12.06.2018 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    Que du négatif dans tous vos commentaires.. vous allez si bien ici qu'on dirait que vous leur souhaitez de se battre.. une poignée de main est un début. Tout ce qui peut rapprocher les peuples et éviter la guerre est bon . Et peu-être qu'enfin les Nord Coréens mangeront á leur faim !..

  • Le justicier. le 12.06.2018 07:41 Report dénoncer ce commentaire

    Merci à Donald TRUMP, de s'attaquer au principal problème de ce monde : la dictature de la Chine, qui soutient les dictatures de la Birmanie, de la Corée du Nord, etc. Et aussi qui pratique la guerre économique contre l'Occident !

Les derniers commentaires

  • @US pour le 12.06.2018 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump ne travaille pas pour vous, ne l'oubliez pas.

  • Villmols merci le 12.06.2018 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    @ US pour Trump. D'accord avec vous. Dommage que cela soit un president americain qui doit faire ce pas et non en president europeen ou M. Juncker.

  • Biblios le 12.06.2018 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Attention parce-que quand "ils" parlent de paix et sécurité destruction vint soudainement et ils n'échapperont pas...

  • Nadege le 12.06.2018 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Ca commence sérieusement; Une guerre vas se déclarer. Contre qui ? La russie

    • Meuh oui le 12.06.2018 12:37 Report dénoncer ce commentaire

      Trump exigea que la Russie rentre dans le G7, le refus des UE marqua alors le refus de Trump d'avancer au G7. Obama avait relancé avant les élections la guerre avec la Russie, Trump n'a pas suivi. C'est un homme qui sait faire le buzz (issu des affaires et de la TV, n'oubliez pas), mais les actes c'est autre chose : une rencontre au sommet comme celle-ci était inimaginable il n'y a ne serait-ce que 2 ans. L'ennemi pour lui c'est plus l'UE, à cause de son mépris. On peut ne pas être d'accord, mais prendre le moindre détail, même privé, pour attaquer, salir, voir insulter, personne ne passe.

  • US pour Trump le 12.06.2018 11:20 Report dénoncer ce commentaire

    Les gens peuvent parler sur le President Trump ce qu'il veulent mais il vient d'eviter une guerre qu'ont attend depuis longtemps. En faisant des lien avec Kim il evite une guerre, Ce que Clinton n'a pas pu faire car il a refuser l'invitation du general de la coree du Nord quand il la inviter. Alors Trump vient de prendre des points chez moi.

    • LiNh le 12.06.2018 12:30 Report dénoncer ce commentaire

      On peut voir les choses autrement. Kim Jong Un vient de réaliser ce que son père et son grand père ne sont jamais parvenus à faire... il semblerait que la politique de Un soit quelque peu plus apaisé que le régime imposé par ses aïeux...

    • Jean-Luc le 12.06.2018 12:33 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis d'accord avec vous. Meme en etant pas Americain je vois quand meme que ce qu'il fait est contraire a ce que les gens penser de lui a debut. C'est quand meme un grand president. Il peut faire la difference dans le monde.

    • Marie le 12.06.2018 12:34 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis d'accord avec vous. Mais que Clinton etais deja inviter je ne le savais pas.

    • Peace le 12.06.2018 12:40 Report dénoncer ce commentaire

      C'est clair toute forme de paix est bonne à prendre. Bon ok on parle des USA qui sont spécialistes des guerres dans notre monde. Mais il faut bien commencer quelque part, et si cela peut les lancer dans la bonne voie... Notre monde ne peu que s'en réjouir.