Aux États-Unis

23 décembre 2018 10:50; Act: 24.12.2018 09:47 Print

Trump envisage de limoger le président de la Fed

Le relèvement des taux d'intérêt n'ayant pas été du goût de Donald Trump, ce dernier songerait à congédier le président de la Fed.

storybild

Donald Trump n'a pas apprécié la décision de la Réserve Fédérale (Fed) d'augmenter les taux d'intérêt.

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump aurait discuté en privé de la possibilité de congédier le président de la Banque centrale, agacé par la décision mercredi de l'institution d'augmenter les taux d'intérêt, selon des médias américains, une information démentie par le biais du secrétaire au Trésor. Sollicitée par l'AFP, la Réserve Fédérale (Fed) n'a pas souhaité commenter ces informations ou préciser si une telle démarche avait un fondement juridique. La chaîne d'informations CNN, citant deux personnes informées de ces discussions, avait indiqué que Donald Trump aurait commencé à sonder ses conseillers sur la légalité d'une telle démarche qui provoquerait sans aucun doute des remous sur les marchés du monde entier.

Mais dans des tweets, Steven Mnuchin a indiqué avoir parlé au président républicain qui lui a tenu les propos suivants: «Je suis en désaccord complet avec la politique de la Fed. Je pense que relever les taux d'intérêt (...) est une chose absolument terrible à faire en ce moment, en particulier à la lumière de négociations commerciales importantes qui sont en cours, mais je n'ai jamais suggéré de congédier le président Jay Powell et je ne crois pas avoir le droit de le faire».

Wall Street a enregistré cette semaine son pire plongeon hebdomadaire depuis 2008, remuée notamment par la hausse des taux d'intérêt, la menace de blocage partiel des administrations à Washington --qui s'est concrétisée samedi et va se prolonger au-delà de Noël-- ainsi que par la guerre commerciale et la perspective d'un ralentissement économique aux États-Unis.

«Plus que mécontent»

L'hôte de la Maison-Blanche ne cesse de critiquer la Fed, sortant de la réserve habituelle des présidents de ne pas commenter les décisions de l'institution afin de respecter son indépendance. Cette semaine, il avait estimé que si la Banque centrale venait à augmenter ses taux, ce serait une «erreur». Mais le comité monétaire de la Fed a fait fi des pressions et des mises en garde du président, en relevant ses taux. Une tentative de mettre fin au mandat de Jerome Powell serait inédite et serait une attaque directe contre l'indépendance de la puissante Banque centrale qui joue un rôle majeur pour la première économie de la planète. Plus que centenaire, la Fed est la Banque centrale la plus puissante au monde et a pour double mission de maîtriser l'inflation et le plein emploi.

En octobre, Donald Trump avait assuré qu'il ne comptait pas limoger Jerome Powell mais en novembre, ses critiques étaient reparties de plus belle. Il avait alors déclaré qu'il était «plus que mécontent» de son choix de l'avoir nommé pour remplacer Janet Yellen. Jerome Powell, ancien avocat et banquier d'affaires, a pris ses fonctions de 16e président de l'institution au début du mois de février. Son mandat est pour une durée de quatre ans renouvelable. Avant cela, M. Powell a aussi été un haut responsable du Trésor sous la présidence de George H.W. Bush (1989-1993) et a été nommé en 2012 gouverneur de la Banque centrale par le président démocrate Barack Obama.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bidonnage le 25.12.2018 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dire que la croissance des USA culmine ACTUELLEMENT à 4% est un petit peu à la fois présomptueux et optimiste. D'un autre côté ce n'était qu'une question de temps avant que la correction boursière en cours ne soit provoquée, il se peut même qu'elle soit arrivée un peu tard au goût de certains "short sellers". Je ne suis pas choqué à l'idée que cette nouvelle baisse des taux de la Fed est définitivement politique.

  • Bonne chance à Trump le 24.12.2018 10:16 Report dénoncer ce commentaire

    Je lui souhaite de réussir à virer Powell, qui semble tout faire (avec les autres de la Fed) pour faire écrouler les marchés financiers, et ainsi permettre à quelques banques de racheter le tout au prix de la casse, et ensuite relancer la machine sous prétexte de lutter contre une grande dépression. Ce n'est pas la première fois que cela se passe ainsi. Kennedy avait essayé de mettre fin à la FED, mais il n'a pas survécu longtemps à son décret redonnant l'exclusivité de création monétaire au Trésor US. Que Dieu bénisse nos amis américains, car ce qui arrive sur les marchés semble très grave.

Les derniers commentaires

  • Bidonnage le 25.12.2018 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dire que la croissance des USA culmine ACTUELLEMENT à 4% est un petit peu à la fois présomptueux et optimiste. D'un autre côté ce n'était qu'une question de temps avant que la correction boursière en cours ne soit provoquée, il se peut même qu'elle soit arrivée un peu tard au goût de certains "short sellers". Je ne suis pas choqué à l'idée que cette nouvelle baisse des taux de la Fed est définitivement politique.

  • Bonne chance à Trump le 24.12.2018 10:16 Report dénoncer ce commentaire

    Je lui souhaite de réussir à virer Powell, qui semble tout faire (avec les autres de la Fed) pour faire écrouler les marchés financiers, et ainsi permettre à quelques banques de racheter le tout au prix de la casse, et ensuite relancer la machine sous prétexte de lutter contre une grande dépression. Ce n'est pas la première fois que cela se passe ainsi. Kennedy avait essayé de mettre fin à la FED, mais il n'a pas survécu longtemps à son décret redonnant l'exclusivité de création monétaire au Trésor US. Que Dieu bénisse nos amis américains, car ce qui arrive sur les marchés semble très grave.

    • LiNh le 25.12.2018 10:17 Report dénoncer ce commentaire

      Depuis 2015 les taux augmentent régulièrement pour atteindre aujourd'hui son niveau dit "normal". La baisse des taux permet de relancer la croissance économique. La croissance des USA étant à 4 % aujourd'hui il n'y a aucune raison de maintenir des taux bas. Les USA ayant utilisé sa principale munition de relance de l'économie, à savoir la baisse des impôts, j'ai hate de voir le grand patriotisme de cette nation face à la crise qui nous attend....