Après le Brexit

13 juillet 2018 16:24; Act: 13.07.2018 16:30 Print

Trump et May s'entendent sur un accord commercial

Washington et Londres sont d'accord pour établir «un accord de libre échange ambitieux», après le Brexit, a déclaré Theresa May, à l'issue d'un entretien avec Donald Trump.

storybild

Trump s'est dit prêt à saisir cette «opportunité incroyable». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous avons convenu aujourd'hui que lorsque le Royaume-Uni quittera l'Union européenne, nous chercherons à établir un accord de libre échange Royaume-Uni/USA ambitieux», a dit Theresa May, au cours d'une conférence de presse commune avec Donald Trump, depuis la résidence de campagne des Premiers ministres britanniques à Chequers, à 70 km au nord-ouest de Londres. «Quoi que vous fassiez ça me va», a déclaré de son côté le président américain, après avoir pourtant déclaré la veille que la stratégie de la dirigeante sur le Brexit allait «tuer» la perspective d'un tel accord.

«Assurez-vous juste que nous pouvons faire des affaires ensemble, c'est tout ce qui compte. Les États-Unis attendent avec impatience la finalisation d'un grand accord commercial bilatéral». «C'est une opportunité incroyable pour nos deux pays et nous la saisirons pleinement», a insisté M. Trump. Le président américain a entamé jeudi une visite au Royaume-Uni et provoqué la stupeur des Britanniques en critiquant, dans un entretien au tabloïd The Sun, le plan de Mme May de future relation commerciale avec l'UE. «S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni», a dit dans cette interview M. Trump, qui n'a jamais caché sa préférence pour un Brexit dur, synonyme de rupture nette des liens entre le Royaume-Uni et l'UE.

Unité vis-à-vis de la Russie

Évoquant vendredi cet article, Donald Trump a assuré n'avoir jamais critiqué Theresa May, dénonçant une nouvelle fois ce qu'il appelle les «fake news». Au cours de la conférence de presse, M. Trump a vanté la fameuse «relation spéciale» unissant Londres et Washington, qui est «la plus spéciale qui soit» a-t-il dit, malgré une longue série d'accrocs entre les deux pays depuis son arrivée au pouvoir. Les deux dirigeants ont aussi voulu afficher leur unité vis-à-vis de la Russie de Vladimir Poutine, que M. Trump doit rencontrer lundi à Helsinki pour leur premier sommet bilatéral visant à améliorer les relations entre Moscou et Washington.

«Nous avons convenu qu'il était important de dialoguer avec la Russie dans une position de force et d'unité», a déclaré Theresa May, alors que le Royaume-Uni entretient des relations tendues avec la Russie et qu'elles se sont dégradées un peu plus avec l'affaire de l'empoisonnement sur le sol britannique de l'ancien espion russe Sergueï Skripal, imputé par Londres à Moscou. «Nous avons été beaucoup plus fermes sur la Russie que quiconque», a dit pour sa part M. Trump. «Ceci étant dit, si nous pouvons développer une relation (avec M. Poutine) (...), ce serait fantastique».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justin T. le 13.07.2018 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    Dernièrement Justin Trudeau a compris qu'on ne doit pas se réjouir trop vite avec lui car il peut changer d'avis juste après être parti ...

  • Le Curieux le 13.07.2018 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    Que l'UK assumera dans toutes ces formes sa trahison face a l'UE et qu'elle face employer ses anciens fonctionnaires de l'UE par les USA. Sans compter bien sûr avec la moindre indulgence face au libre trafic des personnes et encore moins aux échanges économiques !!!

  • La Mouche le 13.07.2018 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et il va durer combien de temps cet accord ? 3 semaines? 1 mois?

Les derniers commentaires

  • Bremsi le 14.07.2018 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    tel sera le point de sa visite avec Poutine.......après l‘augmentation du budget de l‘Otan

  • Le Curieux le 13.07.2018 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    Que l'UK assumera dans toutes ces formes sa trahison face a l'UE et qu'elle face employer ses anciens fonctionnaires de l'UE par les USA. Sans compter bien sûr avec la moindre indulgence face au libre trafic des personnes et encore moins aux échanges économiques !!!

  • Lecteur le 13.07.2018 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont plutôt intérêt à en trouver un, un accord, menacent de se faire lâcher par l’Ecosse et l’Irlande, et maintenant ils se croient malins de manifester contre le président des États Unis. Mais vous avez raison les gars: Sur son île, finalement, on n’a pas besoin du reste du monde.

  • julie le 13.07.2018 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L UK retourne à ses premières amours

  • Liasse le 13.07.2018 17:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Désolé, comment un type pareil peut-il être président