Politique américaine

23 mai 2019 07:12; Act: 23.05.2019 09:34 Print

Trump et Pelosi dans un duel à couteaux tirés

La président américain et la présidente de la Chambre des représentants se sont livrés coups pour coups, mercredi. Le milliardaire était passablement énervé.

storybild

Nancy Pelosi fait figure d'opposante à Donald Trump. (photo: AFP/Saul Loeb)

Sur ce sujet
Une faute?

Femme la plus puissante de la politique américaine, la démocrate Nancy Pelosi n'en est pas à sa première polémique avec Donald Trump. Mais mercredi les deux septuagénaires ont fait de la Maison-Blanche l'arène d'un affrontement inédit, sans retenir leurs coups. La présidente de la Chambre des représentants, 79 ans, a démarré la journée en convoquant en urgence et à huis clos les élus démocrates pour débattre d'une éventuelle procédure de destitution du président, à laquelle elle est hostile.

En sortant de la réunion, elle a lâché une petite phrase qui a rendu furieux Donald Trump. Le président est «engagé dans une opération de dissimulation», a-t-elle dit, en référence aux soupçons d'obstruction de M. Trump à la tentaculaire enquête russe du procureur spécial Robert Mueller. Celle-ci a conclu à une absence de collusion entre la Russie et l'équipe de campagne de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016, mais ne l'a pas exonéré des soupçons d'obstruction à la justice. Les démocrates ont donc lancé de multiples enquêtes parlementaires à la Chambre, où ils sont majoritaires.

Tôt le matin, M. Trump avait une nouvelle fois dénoncé sur Twitter une «chasse aux sorcières» lancée par l'opposition. Mais la petite phrase de Mme Pelosi l'a mis hors de lui. Il a abrégé au bout de quelques minutes une réunion à la Maison-Blanche avec Mme Pelosi et Chuck Schumer, le chef des sénateurs démocrates. «Je ne pratique pas la dissimulation», a martelé M. Trump, visiblement en colère, lors d'une conférence de presse convoquée à la hâte après la fin abrupte de la réunion. «Maintenant, arrêtez ces investigations bidon», a-t-il tonné, menaçant de ne collaborer sur aucune initiative tant que les enquêtes parlementaires seront en cours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.