États-Unis

06 mars 2019 19:50; Act: 07.03.2019 12:22 Print

Trump nargue Clinton, elle réplique avec un GIF culte

Pour répondre au président américain qui ricanait de ne pas la voir se présenter pour 2020, la démocrate a ressorti une réplique du film «Lolita malgré moi».

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump est-il nostalgique de l'époque où Hillary Clinton et lui-même se bombardaient de gentillesses sur Twitter? Une chose est sûre: le président américain n'a pas résisté à la tentation de narguer son ancienne adversaire, après que celle-ci a annoncé qu'elle ne tenterait pas sa chance lors de la prochaine élection.

«Hillary Clinton (la malhonnête) confirme qu'elle ne se présentera pas en 2020 (...) Ooh, zut, est-ce que cela veut dire que je ne pourrai pas être de nouveau opposé à elle? Elle va cruellement nous manquer!», a ricané Trump, sur le réseau social.

La réplique de la démocrate ne s'est pas fait attendre, relève le Huffington Post. Environ 40 minutes plus tard, Hillary Clinton a publié un GIF tiré du film «Lolita malgré moi». On y voit le personnage principal, la machiavélique Regina George, sortir sa fameuse réplique: «Pourquoi es-tu obsédé par moi?». Une réponse qui a fait le bonheur des fans de la démocrate, bien qu'extrêmement déçus qu'elle ne se lance pas dans la course à la Maison-Blanche.

Lors de la campagne présidentielle de 2016, les deux rivaux s'étaient régulièrement échangé des amabilités. Par exemple, le jour où Barack Obama avait officiellement annoncé son soutien à Hillary Clinton, Donald Trump s'était fendu d'une réaction sarcastique, estimant que le démocrate voulait «quatre ans de plus d'Obama». Réponse cinglante de Clinton: «Supprime ton compte».

L'année dernière, lors d'une conférence à New York, la candidate malheureuse de 2016 avait plaisanté sur l'«obsession» que Donald Trump et la chaîne Fox News semblent lui vouer. «Est-ce qu'ils pensent que j'ai été élue? Ils essaient toujours de me destituer, alors il faudrait que quelqu'un leur explique que cela ne s'applique pas à une citoyenne privée», avait-elle ironisé.

(L'essentiel/joc)