États-Unis

29 mai 2020 07:01; Act: 29.05.2020 11:13 Print

Trump signe un décret pour brider les réseaux sociaux

Jeudi, le président américain s’est présenté comme un défenseur de la liberté d’expression, en tentant de museler les réseaux sociaux.

storybild

Le président a Twitter dans son viseur. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Ulcéré par l’attitude de Twitter à son égard, Donald Trump a signé jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus. Ce document devrait être le point de départ d’une longue bataille en justice.

«Nous sommes ici pour défendre la liberté d’expression face à un des pires dangers qui soit», a déclaré le président américain dans le Bureau ovale, en référence à ce qu’il a appelé le «monopole» des géants des technologies. «Ils ont le pouvoir non contrôlé de censurer, éditer, dissimuler ou modifier toute forme de communication entre des individus et de larges audiences publiques», a-t-il élaboré en signant le décret.

Très actif sur Twitter où il mêle, à un rythme effréné, annonces politiques, attaques personnelles, théories du complot et propos de campagne, le locataire de la Maison-Blanche dénonce de longue date ce qu’il estime être un biais idéologique et politique de la part des géants de la Silicon Valley. «Nous ne pouvons laisser cela se poursuivre, c’est très très injuste», a-t-il martelé.

«Activisme politique»

Le décret est censé donner la possibilité de réguler la célèbre section 230 du «Communications Decency Act», une loi de 1996, pilier du fonctionnement des plateformes numériques. Elle offre à Facebook, Twitter, YouTube ou Google une immunité contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers et leur donne la liberté d’intervenir sur les plateformes à leur guise. Le décret modifierait le champ d’application de cette loi et permettrait aux autorités de régulation de se prononcer sur les politiques de modération des contenus.

L’ancien homme d’affaires accuse Twitter de prendre «des décisions éditoriales» et de faire preuve «d’activisme politique» dans le choix des messages qu’il décide de soumettre à vérification. Ses détracteurs estiment que le président n’agit pas au nom de la liberté d’expression mais de son propre intérêt.

Donald Trump menace la Section 230 pour «intimider» les réseaux sociaux, a réagi le sénateur démocrate Ron Wyden. «Je pense que ces entreprises, et tous les Américains qui exercent leur droit à s’exprimer en ligne, vont résister à ce décret illégal de toutes les façons possibles».

Message signalé

Le débat sur le sacro-saint statut d’hébergeur des plateformes en ligne fait rage depuis des mois et dépasse largement le contentieux entre Donald Trump et Twitter. À gauche comme à droite, des voix s’élèvent depuis quelques années pour forcer les réseaux à prendre plus de responsabilités – et donc à mieux filtrer les contenus.

Souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, Twitter a signalé pour la première fois mardi des messages du président, en ajoutant la mention: «Vérifiez les faits». Il s’agissait de tweets du milliardaire affirmant que le vote par correspondance était forcément «frauduleux» car sujet aux manipulations.

Mark Zuckerberg, le fondateur et patron de Facebook, est entré dans la bataille en rappelant sur Fox News, jeudi matin, qu’à son avis les plateformes ne devraient pas se poser en «arbitres de la vérité sur tout ce que les gens disent en ligne». Mais «un gouvernement qui choisit de censurer une plateforme parce qu’il s’inquiète au sujet de la censure ne me semble pas exactement être le bon réflexe», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean-Claude le 29.05.2020 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    « Pour savoir qui vous dirige vraiment il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. » - Voltaire

  • realite le 29.05.2020 09:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a raison car en France un projet de loi contre la liberté d expression sur le net est en cours .

  • Manu le 29.05.2020 09:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour une fois, il propose quelque chose de sensé. Même si ce n'est pas pour de bonnes raisons.

Les derniers commentaires

  • mote le 29.05.2020 13:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le pauvre, il va se tirer une balle dans le pied.

  • nafta le 29.05.2020 11:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si c'est pour la liberté d'expression, il a raison, quelles que soient ses raisons à lui

  • madiou le 29.05.2020 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien! C’est un bon début! Et beaucoup critique la Chine sur les limites de la liberté d’expression. Trump a bien agit pour une fois. Il faut bien fixer les contours de cette liberté sinon le pays est ouvert à la dérive des débats interminables, une vraie perte de temps et d’argent.

  • cocou le 29.05.2020 10:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @sylvie désolé pour vous si les vérités sont durs a entendre. sinon rester dans le pays des bisounours

  • Sylvie le 29.05.2020 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    Mais il se punit soi même! Vu qu'il ne vit que par ses mensonges propagés sur Twitter.