États-Unis

09 janvier 2019 06:52; Act: 09.01.2019 10:35 Print

Trump veut une «barrière en acier» à la frontière

Le président américain s'est adressé à la nation, mardi soir, pour réclamer 5,7 milliards de dollars pour financer une barrière à la frontière.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Le président américain Donald Trump a tenté mardi soir, d'un ton grave, de rallier les Américains à son projet de mur à la frontière avec le Mexique, mettant en avant ce qu'il a appelé une «crise humanitaire». Il n'a toutefois fait aucune concession aux démocrates.

Lors d'une allocution solennelle de neuf minutes du bureau ovale de la Maison-Blanche, le 45e président des États-Unis a tenté de se poser en rassembleur, renonçant à lancer une procédure d'urgence exceptionnelle qui aurait mis le feu aux poudres.

Au 18e jour d'un «shutdown» qui paralyse partiellement les administrations fédérales, il a repris les arguments qu'il assène depuis des semaines par tweets interposés, mais sur un ton qui se voulait plus présidentiel.

«Ce soir, je vous parle, car nous assistons à une crise humanitaire et sécuritaire grandissante à la frontière sud», a-t-il lancé. Il a une nouvelle fois réclamé 5,7 milliards de dollars pour «une barrière en acier plutôt qu'un mur en béton». Promesse emblématique de sa campagne, le mur est à ce jour resté lettre morte, les démocrates refusant de débloquer des fonds pour ce qu'ils qualifient de solution «médiévale».

«Trump doit cesser de prendre les Américains en otage»

Les démocrates, opposés au financement de ce mur qu'ils jugent «immoral», coûteux et inefficace, ont immédiatement dénoncé l'absence de main tendue du président. Ils l'ont une nouvelle fois exhorté à «rouvrir le gouvernement». «Le président Trump doit cesser de prendre les Américains en otages, doit cesser de créer de toutes pièces une crise» migratoire et humanitaire à la frontière, a lancé la présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Donald Trump a cependant affirmé dans sa première allocution à la nation avoir fait une concession aux démocrates en optant finalement pour «une barrière en acier plutôt que d'un mur en béton».

Après 24 heures d'intenses spéculations à Washington, M. Trump n'a finalement pas annoncé le recours au «National Emergencies Act» qui lui aurait permis de contourner le congrès et de s'appuyer sur l'armée pour construire l'édifice. Mais il a mis en avant la nécessité, impérieuse selon lui, de mener à bien son projet.

«Au fil des ans, des milliers d'Américains ont été brutalement tués par ceux qui sont entrés illégalement dans notre pays et des milliers d'autres vies seront perdues si nous n'agissons pas tout de suite», a-t-il lancé.

Le shutdown se prolonge

«Notre frontière sud est la porte d'entrée de vastes quantités de drogue, dont méthamphétamine, héroïne, cocaïne et fentanyl», a également dénoncé le républicain, rejetant une fois de plus la responsabilité du «shutdown» sur les démocrates, qui selon lui «refusent de financer la sécurité aux frontières».

Les négociations budgétaires sont au point mort. Depuis plus de deux semaines, quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux sont contraints soit de rester chez eux, soit d'attendre la fin du blocage pour être payés.

Durant la campagne et depuis son arrivée au pouvoir il y a deux ans, le président a envoyé des messages très différents - et parfois contradictoires - sur la longueur et la nature exacte du mur qu'il espérait.

Depuis quelque temps, il émet l'idée d'un mur fait de barres verticales en acier et non en béton dans l'espoir de rendre le projet plus acceptable pour les démocrates. Mais ces derniers n'ont pas du tout été sensibles à l'argument.

Mercredi, Donald Trump participera à un déjeuner au congrès avec les sénateurs républicains. Jeudi, il se rendra à la frontière sud «pour rencontrer ceux qui sont en première ligne» de ce qu'il appelle une «crise de sécurité nationale». En mars 2018, il s'était rendu à San Diego, près de la frontière avec le Mexique, pour examiner lors d'une visite savamment mise en scène des prototypes de mur.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Papouli le 09.01.2019 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    Personne ne tue autant d'Américains, que les Américains eux-mêmes, ce n'est pas les Mexicains qui vont y changer grand chose. La drogue? il y a une offre et mais surtout une DEMANDE pour ça, sinon pourquoi ce serait un problème? Cet homme prend une partie de son peuple pour des idiots et fait passer l'autre (son électorat) pour des anges... tout ça, c'est de la poudre aux yeux pour cacher son incompétence à gérer le pays en interne... La faute aux autres, le meilleur moyen de faire de la politique!

  • Bill Dat Uol le 09.01.2019 12:02 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Mr. Président.

  • FullmétalJF le 09.01.2019 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    L'immigration de masse illégale est le grand problème actuel des pays développés mais je trouve que Trump a tort de s'entêter avec ce mur qui est une solution à l'ancienne inadaptée à des milliers de km de frontières. Ce qu'il faut, c'est renvoyer sans délai d'où elle vient toute personne entrée illégalement, et prendre des mesures sévères contre les individus et associations qui viennent en aide aux illégaux de manière abusive. Envisagerait-on de ne pas sanctionner celui qui cacherait un évadé d'une prison ? Non bien sûr... Alors ? Valable pour l'Europe aussi, bien sûr.

Les derniers commentaires

  • Grand mètre le 09.01.2019 17:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Grand. Est-ce qu'il vous arrive de temps en temps de lire un article en entier ou est-ce tout simplement la vérité qui vous gêne? Vous parlez de quels règles? Sérieux, expliquez vous? Il fait des promesses qu'il tient pas, donc il ne se tient pas aux règles!

  • Grand Maître le 09.01.2019 16:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi on devrait trouver cela anormal?Les règles sont les règles. On ne vient pas dans un pays pour le ruiner ou y établir des trafics en tout genre. Trump à raison ! !

  • @georgette le 09.01.2019 14:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout d'abord il n'a 'pas' été élu par la majorité et tout le monde devrait le savoir entre temps où ne plus faire semblant de ne pas le savoir. Ensuite il avait 'promis' aux américains qu'ils n'avaient pas à payer pour ce mur, une promesse qu'il est en train d'ignorer tout simplement. Vous vous inventez votre propre vérité.

  • FullmétalJF le 09.01.2019 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    L'immigration de masse illégale est le grand problème actuel des pays développés mais je trouve que Trump a tort de s'entêter avec ce mur qui est une solution à l'ancienne inadaptée à des milliers de km de frontières. Ce qu'il faut, c'est renvoyer sans délai d'où elle vient toute personne entrée illégalement, et prendre des mesures sévères contre les individus et associations qui viennent en aide aux illégaux de manière abusive. Envisagerait-on de ne pas sanctionner celui qui cacherait un évadé d'une prison ? Non bien sûr... Alors ? Valable pour l'Europe aussi, bien sûr.

  • Bill Dat Uol le 09.01.2019 12:02 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Mr. Président.