COP25

15 décembre 2019 13:38; Act: 15.12.2019 13:44 Print

Un accord trouvé après des négociations records

Après de longues négociations, les quelque 200 pays signataires de l'Accord de Paris ont finalement adopté un accord minimal à la COP25 dimanche à Madrid.

Sur ce sujet
Une faute?

Les quelque 200 pays signataires de l'Accord de Paris ont évité un naufrage de cette Conférence de l'ONU sur le climat, en signant un accord minimal. Mais c'est un accord peu ambitieux qui a été arraché en séance publique à Madrid. Les Etats ont notamment échoué à avancer quant aux règles de mise en oeuvre de l'article 6 de l'accord de Paris sur les mécanismes de marché de crédit carbone. Ces négociations sont donc reportées à la COP26, l'an prochain à Glasgow.

Aussi techniques qu'elles soient, ces modalités de mise en oeuvre sont essentielles car des marchés reposant sur des règles trop floues ou trop laxistes pourraient saper l'ensemble de l'accord de Paris, dont l'objectif est de contenir la hausse du mercure bien en-deçà de 2 degrés et si possible à 1,5 degré.

Records de durée

Malgré deux nuits consécutives de négociations intenses, il s'est avéré impossible de dégager une position acceptable par tout le monde, comme ce fut déjà le cas l'an passé à Katowice. La COP25, qui avait débuté le 2 décembre et devait se terminer vendredi, a d'ailleurs battu des records de durée. Elle évite finalement le naufrage de justesse.

Schématiquement, les mécanismes de marché permettent notamment à un pays A d'acheter des crédits carbone découlant d'un projet de réduction d'émissions de CO2 dans un pays B et de les utiliser pour atteindre ses propres objectifs climatiques.

Les Etats les plus soucieux de l'intégrité de l'accord de Paris et l'Union européenne entendaient mettre en place une architecture solide qui permette d'éviter les doubles comptages (qui verraient à la fois le pays A et le pays B comptabiliser les crédits carbone liés au même projet, ce que défend presque seul contre tous le Brésil) et contribue in fine à augmenter les efforts, tout en réduisant leurs coûts, de réduction des émissions de CO2.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dawson le 15.12.2019 14:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça c’est du flan .... rien n’arrêtera l’homme a aller encore plus vite ... encore plus loin... a consommer encore plus L’économie mondiale et notre mode de vie ne reculera plus ... personne ne voudra revenir 100 ou 200 ans auparavant. Nous sommes de plus en plus nombreux sur terre et ça va encore continuer ainsi .... jusqu’à la fin des ressources naturel .... après on verra bien

  • Phi le 15.12.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de marquant les différents pays sont trop loin l‘un de l‘autre pour que on peut parler d‘un résultat positive voir en consensus. Si les USA la Chine les Indes bout autres grand player au Monde ne joue pas avec il n‘y a pas une amélioration.

  • Le justicier. le 16.12.2019 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    L'écologie est individuelle. Tu ne prends pas l'avion, donc pas de kérosène, donc pas de CO2.

Les derniers commentaires

  • Thunderbird le 17.12.2019 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Toute cette dépense d'énergie pour en arriver là...Bravo !

  • Le justicier. le 16.12.2019 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    L'écologie est individuelle. Tu ne prends pas l'avion, donc pas de kérosène, donc pas de CO2.

  • dawson le 15.12.2019 14:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça c’est du flan .... rien n’arrêtera l’homme a aller encore plus vite ... encore plus loin... a consommer encore plus L’économie mondiale et notre mode de vie ne reculera plus ... personne ne voudra revenir 100 ou 200 ans auparavant. Nous sommes de plus en plus nombreux sur terre et ça va encore continuer ainsi .... jusqu’à la fin des ressources naturel .... après on verra bien

  • Phi le 15.12.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de marquant les différents pays sont trop loin l‘un de l‘autre pour que on peut parler d‘un résultat positive voir en consensus. Si les USA la Chine les Indes bout autres grand player au Monde ne joue pas avec il n‘y a pas une amélioration.