Aux États-Unis

15 septembre 2021 18:27; Act: 15.09.2021 19:00 Print

Un avocat planifie son propre meurtre mais survit

Un avocat américain a demandé à un ancien client de l'abattre pour que son dernier fils touche 10 millions de dollars d'assurance-vie, a révélé la police de Caroline du Sud.

storybild

En juin, les corps de sa femme de 52 ans et de son fils de 22 ans étaient découverts devant l'une de leurs propriétés.

Sur ce sujet
Une faute?

Les tourments d'Alex Murdaugh, membre d'une lignée d'avocats et de procureurs locaux, défraient la chronique depuis qu'il a découvert, le 7 juin, les corps de sa femme de 52 ans et de son fils de 22 ans devant l'une de leurs propriétés dans la localité d'Islandton. Aucune arrestation n'a eu lieu à ce jour.

Le drame s'était encore intensifié le 4 septembre quand l'avocat de 53 ans a été à son tour attaqué à l'arme à feu, sur le bord d'une route isolée. Blessé à la tête, il a été transféré à l'hôpital et a survécu. Lundi, Alex Murdaugh, tout juste accusé de malversations financières par son cabinet d'avocats, a avoué avoir organisé lui-même cette attaque avec un ancien client, Curtis Edward Smith, 61 ans.

Il a expliqué aux enquêteurs lui avoir donné une arme et lui avoir ordonné de viser la tête. Il a «reconnu avoir planifié d'être exécuté par M. Smith afin que son fils puisse toucher une assurance-vie évaluée à environ 10 millions de dollars», selon des documents judiciaires.

L'ancien client lui avait par ailleurs fourni dans le passé des opiacés, a affirmé l'avocat de M. Murdaugh, Dick Harpootlian, sur NBC. M. Smith a été arrêté mardi et inculpé notamment de suicide assisté, d'agression et de fraude à l'assurance. «Il a reconnu avoir été présent au moment de la fusillade et avoir ensuite jeté l'arme», d'après l'acte d'accusation.

Ce rebondissement ne lève pas le mystère sur le double meurtre du mois de juin. L'héritage familial de M. Murdaugh, dont le père, le grand-père et l'arrière-grand-père ont occupé des postes de procureur pendant 87 ans, a alimenté les soupçons sur une possible complaisance des forces de l'ordre dans le dossier.

La presse rappelle par ailleurs que le fils tué en juin avait eu un accident de bateau en 2019, au cours duquel une femme de 19 ans avait trouvé la mort. Paul Murdaugh avait été inculpé pour «conduite de bateau en état d'ivresse ayant entraîné la mort» mais aucun procès n'a jamais été planifié. Le chef de la police de Caroline du Sud, Mark Keel, a appelé dans un communiqué «le public à la patience» et a promis que ses services mèneraient «une enquête professionnelle, sérieuse et impartiale».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.