En Inde

04 juin 2018 13:58; Act: 04.06.2018 14:46 Print

Un bidonville devenu un océan de plastique

Le canal d'une banlieue de Delhi, étouffé par des tonnes de sacs en plastique, d'emballages alimentaires et d'autres détritus, offre une vision cauchemardesque.

Sur ce sujet

Les sacs en plastique, les emballages alimentaires et autres détritus sont déversés par une conduite d'eaux usées qui aboutit dans le bidonville de Taimur Nagar. Des chiens errants, des poules, des chèvres et même des vaches recherchent de la nourriture dans la puanteur, où des enfants tentent aussi de récupérer des ballons de foot ou des bouteilles de plastique. L'Inde est cette année le pays hôte de la Journée mondiale de l'environnement, qui a lieu mardi, avec pour thème «Combattre la pollution plastique». Tout un programme quand on vit à Taimur Nagar.

«Vous pouvez voir comme les conditions sont mauvaises ici. On étouffe sous le plastique», confie Bhola Ram. Taimur Nagar est loin d'être un cas isolé à New Delhi et de nombreuses autres villes indiennes sont submergées de déchets, notamment plastiques. Pour la Journée mondiale de l'environnement, l'Inde prévoit des nettoyages de plages, une exposition sur les technologies vertes, des installations artistiques, et ce pour montrer sa sensibilisation et son développement économique.

«C'est comme vivre en enfer»

Un ingénieur, Rajagopalan Vasudevan, a même mis au point un processus permettant de broyer le plastique et de l'utiliser dans la construction de routes. Un simple coup d’œil sur Taimur Nagar suffit à comprendre l'ampleur du défi. L'Inde génère 5,6 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année, selon les chiffres gouvernementaux. Delhi a interdit en 2009 les sacs en plastique puis étendu la mesure à tous les emballages plastiques et autres plastiques à usage unique.

Mais l'interdiction n'est pas mise en œuvre. Et le sac en plastique demeure le contenant le plus utilisé pour transporter les fruits et légumes, la viande ou la nourriture à emporter. Les habitants de Taimur Nagar, eux, sont habitués à l'environnement dans lequel ils vivent et y sont comme résignés. «C'est comme vivre en enfer», dit Shreepal Singh. «Nous sommes pauvres et n'avons pas d'autre choix que de vivre et mourir ici». La vie dans le quartier, cependant, n'a pas toujours été cette horreur. «Quand je suis arrivé il y a 40 ans, l'eau de la canalisation était propre. La zone n'était pas si sale. Mais les choses ont empiré à mesure que la population a augmenté», raconte Saroj Sharma, une mère de trois enfants. À la saison des pluies, les maisons peuvent être inondées par les eaux usées.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Che Guevera le 04.06.2018 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Inde est devenu une grande poubelle à ciel ouvert, dommage !!!!

  • torolkozo le 04.06.2018 14:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Notre monde est englouti sous les déchets, personne ne fait rien ...

  • g3s le 04.06.2018 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Là on ne parle que du plastique... mais il y a encore tout le reste, une vraie catastrophe d’un pays en voie de régression .

Les derniers commentaires

  • The best le 04.06.2018 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nom de dieu!!!

  • DGils le 04.06.2018 21:15 Report dénoncer ce commentaire

    au gens qui se plaignent de ce spectacle. L'humanite dans toute sa splendeur, dans tous ce qu'elle a de bien ces images montrent le meilleur. Ne vous inquietez pas. Il n'y a plus pour longtemps.

  • georgette le 04.06.2018 20:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la mondialisation. Notre future sera comme dans WALL E

    • DGils le 04.06.2018 21:15 Report dénoncer ce commentaire

      il n'y aura pas de futur.

  • taz red le 04.06.2018 19:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour enrailler cela dabord une taxe au industriel qui sur emballe et en faire du carburant (procedee existe en inde)et enfin un recyclage qui marche.

  • g3s le 04.06.2018 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Là on ne parle que du plastique... mais il y a encore tout le reste, une vraie catastrophe d’un pays en voie de régression .