Au Maroc

30 juin 2019 16:59; Act: 30.06.2019 16:59 Print

Un camp de migrants ravagé, des blessés

Un vaste incendie a dévasté un camp illégal de migrants à Casablanca dimanche à la suite d'une bagarre.

storybild

Selon les autorités, «l'incendie s'est déclaré dans des tentes en plastique» (photo: Capture d'écran Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Un camp illégal de migrants à Casablanca dans l'ouest du Maroc a été ravagé dimanche par un incendie. Beaucoup de personnes ont été blessées, a indiqué un responsable du camp.

«Le camp a entièrement brûlé, avec beaucoup de blessés hospitalisés», a déclaré Camara Lassiné, qui se présente comme le «président de la communauté malienne» et porte-parole des autres communautés du camp. «Il y a eu une bagarre opposant une centaine de migrants pour une histoire de téléphone volé, et l'un d'eux a mis le feu et a appelé la police», a-t-il affirmé.

Incendie maîtrisé

Les autorités locales, qui n'ont pas fait état de victimes, ont indiqué que l'incendie a été maîtrisé et qu'une enquête a été ouverte pour «élucider les circonstances» du départ du feu, d'après l'agence de presse officielle MAP. Selon elles, «l'incendie s'est déclaré dans des tentes en plastique» et dans des abris de fortune faits de débris, établis par les migrants en situation irrégulière.

Le campement illégal d'Oulad Ziane, installé devant la gare routière de Casablanca est toléré par les autorités. Il abritait depuis des années plusieurs centaines de migrants issus de pays d'Afrique subsaharienne. C'est le plus grand et l'un des derniers camps informels du Maroc après de multiples démantèlements de camps dans le pays.

Route vers l'Europe

Caractérisé, selon un responsable associatif, par «le manque d'hygiène, les violences et les structures mafieuses», le camp d'Oulad Ziane a connu quatre incendies l'an dernier. Des affrontements entre migrants et habitants du quartier se sont ajoutés aux tensions internes entre communautés.

Chaque année, des flux de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne passent par le Maroc dans l'espoir de gagner l'Europe par la mer ou en franchissant les clôtures séparant le Maroc des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Beaucoup finissent toutefois par s'installer dans le royaume, qui a mené deux campagnes de régularisation depuis 2014 et attribué des titres de séjour à quelque 50 000 clandestins, selon les autorités.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.