En Afrique du Sud

31 mai 2018 06:55; Act: 31.05.2018 09:54 Print

Un chasseur tue un buffle, son congénère se venge

Affairé à charger la carcasse d'un animal qu'il venait d'abattre, un quinquagénaire a été mortellement attaqué par un autre membre du troupeau, mardi.

storybild

Claude Kleynhans (à gauche) dirigeait une société spécialisée dans les safaris de chasse.

Sur ce sujet

Un chasseur de 54 ans a trouvé la mort mardi dans la province de Limpopo, dans le nord-ouest de l'Afrique du Sud. Claude Kleynhans venait d'abattre un buffle et était en train de charger sa carcasse sur sa voiture lorsqu'un congénère l'a chargé. Le chasseur a eu l'artère fémorale transpercée et a succombé sur place, rapporte Citizen.co.za.

Kleynhans, un ancien policier qui dirigeait une compagnie de safaris à Tzanen, était en pleine sortie avec un groupe quand le drame est survenu. Le quinquagénaire, père de trois enfants, demandait 2 850 dollars (2 443 euros environ) aux clients désirant abattre une girafe, 1 500 dollars pour un zèbre, par exemple. Buffles, hyènes, hippopotames et éléphants figurent également sur la liste de prix de la société Guwela Safari.

Après l'annonce de la mort du chasseur, ses comptes sur les réseaux sociaux ont été pris d'assaut par des internautes se réjouissant de sa mort. «Vous avez tué plein d'animaux et maintenant c'est votre tour», a notamment commenté une femme. Membre du «big five» avec l'éléphant, le lion, le léopard et le rhinocéros, le buffle du Cap n'est pas une espèce en voie de disparition. Cet animal est considéré comme une proie dangereuse pour les chasseurs: il peut se montrer agressif et vindicatif quand il se sent en danger.

(L'essentiel/joc)