Au Botswana

09 octobre 2019 12:04; Act: 09.10.2019 12:20 Print

Un chiffre record de rhinocéros tués en 2019

Neuf rhinocéros ont été tués depuis le 1er avril, au Botswana, pays d'Afrique australe où la population de ces pachydermes pourrait disparaître d'ici à 2021.

storybild

Le nombre croissant de rhinocéros braconnés est très inquiétant. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Neuf rhinocéros ont été tués par des braconniers depuis le 1er avril au Botswana, un «chiffre sans précédent» dans ce pays d'Afrique australe où la population de ces pachydermes pourrait disparaître d'ici à 2021, a mis en garde mercredi le gouvernement. «Un rhinocéros a été tué le 2 octobre», le deuxième en l'espace d'une semaine, ce qui porte le nombre de rhinocéros braconnés à neuf, depuis le 1er avril 2019, selon un communiqué du ministère de l'Environnement du Botswana.

«Le nombre croissant de rhinocéros braconnés est très inquiétant dans un pays qui, au cours des dernières années, a accueilli des rhinocéros dans un souci de protéger» cette population menacée, a expliqué le ministère. Avant «on perdait environ un rhinocéros par mois», a expliqué Mmadi Reuben, chargé de la protection des rhinocéros dans les parcs nationaux du Botswana. «En perdre deux en l'espace d'une semaine est inacceptable. Si le braconnage continue à ce rythme, il n'y aura plus de rhinocéros au Botswana dans un ou deux ans, en particulier des rhinocéros noirs», a-t-il ajouté dans le communiqué.

Le Botswana abrite un peu moins de 400 rhinocéros, qui vivent essentiellement dans la région de l'Okavango (nord), selon l'organisation Rhino Conservation Botswana.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 09.10.2019 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de Greta pour manifesté les Vendredis pour sauver les animaux , il n‘y a rien a gagner alors on laisse faire.

  • Tristesse le 09.10.2019 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ce mal fait aux animaux c'est désespérant...

  • GlobalWarming le 10.10.2019 00:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu’il y aura des populations qui crèvent la dalle dans ces pays-là le braconnage ne s’arrêtera malheureusement pas. Tuer ou participer à la chasse d’un animal leur rapporte plus que n’importe quelle autre activité et, couplé au manque d’éducation et d’information, le problème perdure et empire. Si l’on ne règle pas ceci à la source on pourra mettre toutes les barrières et gardes chasse du monde, ces pauvres animaux continueront malgré tout d’être tués.

Les derniers commentaires

  • GlobalWarming le 10.10.2019 00:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu’il y aura des populations qui crèvent la dalle dans ces pays-là le braconnage ne s’arrêtera malheureusement pas. Tuer ou participer à la chasse d’un animal leur rapporte plus que n’importe quelle autre activité et, couplé au manque d’éducation et d’information, le problème perdure et empire. Si l’on ne règle pas ceci à la source on pourra mettre toutes les barrières et gardes chasse du monde, ces pauvres animaux continueront malgré tout d’être tués.

  • Phi le 09.10.2019 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de Greta pour manifesté les Vendredis pour sauver les animaux , il n‘y a rien a gagner alors on laisse faire.

  • Tristesse le 09.10.2019 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ce mal fait aux animaux c'est désespérant...