Chine

17 janvier 2020 08:23; Act: 17.01.2020 10:11 Print

Un deuxième décès causé par la pneumonie

Les autorités chinoises ne savent toujours pas comment réagir à ce virus apparu à Wuhan, dans le centre du pays.

storybild

Le marché concerné, à Wuhan, a été fermé par les autorités chinoises.

Sur ce sujet
Une faute?

La mystérieuse pneumonie virale apparue dans le centre de la Chine, et dont le virus appartient à la même famille que le Sras, a fait une seconde victime, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires. Un homme de 69 ans est décédé mercredi à Wuhan, où la maladie a été détectée le mois dernier pour la première fois, a indiqué la Commission municipale de l'hygiène et de la santé sur son site Internet.

Le patient, qui est tombé malade le 31 décembre, a vu son état de santé s'aggraver cinq jours plus tard avec une myocardite sévère (inflammation du muscle cardiaque), une fonction rénale anormale et de multiples organes gravement touchés, ont précisé les autorités sanitaires. Selon le tout dernier bilan disponible, au moins 41 malades ont été recensés en Chine dont cinq sont dans un état grave.

Deux autres cas, en Thaïlande et au Japon

Cette pneumonie alimente les craintes d'une réapparition d'un virus de type Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), hautement contagieux, qui avait tué quelque 650 personnes en Chine continentale et à Hong Kong en 2002/2003. L'enquête des autorités sanitaires chinoises a permis de déterminer que plusieurs patients sont des vendeurs d'un marché de Wuhan, spécialisé dans la vente en gros de fruits de mer et de poissons.

La municipalité a pris plusieurs mesures, ordonnant en particulier la fermeture du marché concerné, où des opérations de désinfection et des analyses ont été effectuées. Deux autres cas de cette mystérieuse pneumonie ont par ailleurs été détectés en Thaïlande et au Japon, où les autorités de ces deux pays affirment que les patients s'étaient rendus à Wuhan, avant leur hospitalisation.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Freida Pinto le 17.01.2020 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a peut-être des moyens plus humains et plus respectueux pour contrôler la démographie.

Les derniers commentaires

  • Freida Pinto le 17.01.2020 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a peut-être des moyens plus humains et plus respectueux pour contrôler la démographie.