Enzyme révolutionnaire?

17 avril 2018 09:36; Act: 17.04.2018 10:08 Print

Un «dévoreur» de plastique découvert par hasard

Des chercheurs ont conçu par hasard une enzyme capable de détruire du plastique, ce qui pourrait contribuer à résoudre le problème mondial lié à ce type de pollution.

storybild

Cette découverte pourrait un jour servir dans le processus industriel de destruction des plastiques. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Plus de huit millions de tonnes de plastiques aboutissent dans les océans de la planète chaque année, faisant croître les inquiétudes sur la toxicité de ce dérivé du pétrole et sur son impact sur la santé des générations futures et de l'environnement. Malgré des efforts en matière de recyclage, la grande majorité de ces plastiques peut perdurer pendant des centaines d'années. Les scientifiques cherchent un moyen de mieux les éliminer. Des scientifiques de l'université britannique de Portsmouth et du laboratoire national des énergies renouvelables du ministère américain à l'Énergie ont concentré leurs efforts sur une bactérie découverte au Japon il y a quelques années: l'Ideonella sakaiensis.

Elle se nourrit uniquement d'un type de plastique, le polytéréphtalate d'éthylène (PET) qui entre dans la composition de très nombreuses bouteilles en plastique. Les chercheurs japonais pensent que cette bactérie a évolué assez récemment dans un centre de recyclage, car les plastiques n'ont été inventés que dans les années 1940. L'objectif de l'équipe américano-britannique était de comprendre le fonctionnement de l'une de ses enzymes appelée PETase, en découvrant sa structure. «Mais ils ont été un peu plus loin en concevant par accident une enzyme qui est encore plus efficace pour désagréger les plastiques PET», selon les conclusions publiées lundi dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

«La chance joue souvent un rôle important»

Des scientifiques de l'université de South Florida et de l'université brésilienne Campinas ont également participé aux expérimentations qui ont débouché sur la mutation par hasard d'une enzyme beaucoup plus efficace que la PETase naturelle. Les scientifiques s'activent désormais à en améliorer les performances dans l'espoir de pouvoir un jour l'utiliser dans un processus industriel de destruction des plastiques. «La chance joue souvent un rôle important dans la recherche scientifique fondamentale et notre découverte n'y fait pas exception», a commenté John McGeehan, professeur à l'école de sciences biologiques à Portsmouth.

«Bien que l'avancée soit modeste, cette découverte inattendue suggère qu'il y a de la marge pour améliorer davantage ces enzymes, pour nous rapprocher encore d'une solution de recyclage pour la montagne en constante croissance de plastiques mis au rebut», a-t-il poursuivi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MoiJe le 17.04.2018 10:28 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vrai que'avec le premier prototype, la baleine dévoreuse de plastique, ça n'a pas trop bien marché.

  • GG57 le 17.04.2018 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    j'ai été tenté de dire "du coup les gens n'auront plus aucun scrupule à tout balancer dans la nature, mais ce qu'il faudrait c'est les responsabiliser'. Mais vu que ça fait des décennies qu'on tente de le faire en vain, et bien voici au moins une solution au problème, même si ça ne réglera pas le problème premier: les gens sont sales.

  • FalscheWee le 17.04.2018 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    il ne nous faut pas des enzymes dévorateur mais il nous faut moins de plastique, pourquoi on n'autorise pas aux producteurs qu'une quantité limitée de plastique pour emballer des produits et pourquoi on n'interdit pas par example l'emballage de certains produits dont l'emballage en plastique n'est pas nécessaire comme par example pour les fruits?

Les derniers commentaires

  • taz red le 17.04.2018 23:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en inde aussi un gars a trouver la solution,il en fait du carburant...mais bizarement il a pas trouver des fonds.

    • Vijai le 18.04.2018 08:23 Report dénoncer ce commentaire

      Vos informations sont incorrectes. Vous parlez de Medha Tadpatrika qui a effectivement dévelopé un procédé de depolymérisation. Mais il a reçu les fonds du gouvernement, a fondé sa société et des réacteurs existent maintenant à Pune, Thane et Goa (et j'en oublie certainement d'autres).

  • taz red le 17.04.2018 23:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le probleme c'est les industriels qui mette du plastique a tous va, et le comportement des consomateur car au final c'est eux qui ont le pouvoir de changer les choses.

  • Mac à Dames le 17.04.2018 21:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

  • Monte Christo le 17.04.2018 18:55 Report dénoncer ce commentaire

    D'apres mes connaissances, le PET est un des plastiques recyclable, on va faire quoi avec les autres types de molecules, elles au plupart non-recyclables...?

  • allan le 17.04.2018 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'enzyme s'appelle PETase ... j'ai cru au poisson d'avril !