Afghanistan

30 avril 2018 13:38; Act: 30.04.2018 19:56 Print

Un double attentat vise la presse à Kaboul

Deux attentats à Kaboul ont fait plusieurs morts et blessés lundi près du siège des renseignements afghans. La presse a été visée.

storybild

Sur ce sujet

Un double attentat suicide a frappé un secteur proche du siège des renseignements afghans (NDS) à Kaboul lundi matin. Il a fait au moins 25 morts, selon les autorités. Un photographe de l'AFP et 5 autres journalistes ont notamment péri.

L'attaque a été rapidement revendiquée par le groupe État islamique (EI), qui s'en est pris dans un communiqué aux «apostats des forces de sécurité et des médias». Selon un nouveau bilan du ministère de l'Intérieur en milieu de journée à Kaboul, le double attentat a fait au moins 25 morts et 49 blessés.

«Muni d'une caméra»

«Six journalistes et quatre policiers figurent au nombre des tués dans ces deux explosions», a précisé le porte-parole du ministère Najib Danish. Shah Marai, chef photographe du bureau de l'AFP à Kaboul qui s'était rendu sur les lieux de la première explosion, a été tué par la deuxième déflagration survenue une trentaine de minutes plus tard.

Cinq autres journalistes présents ont été fauchés par cette explosion. Tous travaillaient pour des télévisions afghanes dont un pour la chaîne Tolo News, déjà éprouvée par un attentat revendiqué par les talibans en 2016 qui avait fait sept morts. Selon une source sécuritaire, le kamikaze qui a visé la presse s'était préalablement glissé parmi les reporters «muni d'une caméra».

Le premier attentat, perpétré par un kamikaze à moto, s'est produit peu avant 8h (5h30 au Luxembourg) près du siège des services de renseignement afghans (NDS) a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najib Danish.

Messages de sympathie

«Nous sommes dévastés par la mort de notre photographe Shah Marai, qui témoignait depuis plus de quinze ans de la tragédie qui frappe son pays. La direction de l'AFP salue le courage, le professionnalisme et la générosité de ce journaliste qui avait couvert des dizaines d'attentats avant d'être lui-même victime de la barbarie», a déclaré Michèle Léridon, directrice de l'Information de l'AFP.

De nombreux messages de sympathie et de condoléances affluaient au bureau de l'AFP-Kaboul, bureau dans lequel un autre journaliste, Sardar Ahmad, avait été tué en mars 2014 avec toute sa famille, à l'exception d'un enfant alors âgé de trois ans, dans un attentat taliban. Shah Marai laisse lui-même six enfants dont le dernier est âgé d'à peine quelques semaines.

Offensive de printemps

Le siège du NDS avait été la cible d'un attentat suicide en mars: un kamikaze à pied avait franchi le barrage de police et s'était fait exploser à l'entrée des bureaux. Les talibans afghans ont de leur côté annoncé la semaine dernière le début de leur traditionnelle offensive de printemps, rejetant ainsi les négociations de paix proposées par le gouvernement afghan.

L'annonce de cette offensive fait peser des risques sur la sécurité pour les élections législatives et locales prévues en octobre. Depuis le début de l'année, des centaines de personnes ont été tuées ou mutilées dans des attentats suicide commis par des islamistes.

(L'essentiel/afp)