Au Liban

09 mars 2016 11:00; Act: 09.03.2016 13:13 Print

Un drone filme des fleuves d'ordures en pleine nature

D'immenses étendues de détritus ont été filmées à l'initiative d'un collectif citoyen qui dénonce la crise des déchets. Les fleuves, la forêt, le bord de mer sont pollués.

Sur ce sujet

Le collectif «Vous puez», à l'origine il y a huit mois de grandes marches de protestation, dénonçant l'incurie du gouvernement notamment sur la question des ordures, a détourné un spot du ministère du Tourisme qui vante les trésors de la nature libanaise avec des images prises du ciel.

La vidéo du collectif, diffusée sur les réseaux sociaux, montre des vues panoramiques de montagnes d'ordures s'étendant sur des centaines de mètres, comme des fleuves, au beau milieu de la forêt, dans des vallées ou sous des ponts. D'énormes amas de déchets sont également filmés en bord de mer.

Dépotoirs sauvages

Le film fait référence à l'incapacité du gouvernement de trouver une solution à la crise des déchets qui n'a fait qu'empirer depuis la fermeture, le 17 juillet, de la principale décharge de Naamé, au sud de Beyrouth. Depuis, les déchets de la capitale et du Mont-Liban sont jetés dans des dépotoirs sauvages à travers le pays. Si les ordures ne sont pas visibles à Beyrouth, on les trouve juste à la lisière, notamment dans la décharge sauvage de Karantina.

Les appels de la société civile et des médecins concernant les dangers sur l'environnement et la santé ont été ignorés. Le conseil des ministres s'est réuni à plusieurs reprises sans être en mesure de prendre une décision. Sans président depuis près de deux ans, le Liban est paralysé par une crise politique exacerbée par la guerre en Syrie voisine qui divise profondément la classe politique entre détracteurs et sympathisants du régime du président Bachar el-Assad.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.