Venezuela

02 février 2019 19:27; Act: 02.02.2019 21:14 Print

«Ça va tomber, comme le mur de Berlin»

Le bras de fer entre le président autoproclamé du Venezuela et Maduro amorce un nouveau tournant avec des manifestations de taille samedi.

storybild

Les partisans des deux camps manifestent ce samedi. (photo: AFP/Federico Parra)

Sur ce sujet
Une faute?

Des milliers d'opposants vénézuéliens dirigés par le président autoproclamé Juan Guaido ont défilé samedi pour exiger du chef de l'État Nicolas Maduro qu'il cède le pouvoir. Un général de l'Armée de l'Air a auparavant annoncé faire allégeance à Juan Guaido.

Agitant des drapeaux aux couleurs du Venezuela, les partisans de Juan Guaido se sont réunis en cinq points de la capitale et ont commencé à marcher vers la représentation de l'Union européenne. «Liberté! Liberté! Liberté!», scandaient les manifestants en tapant sur des casseroles, tandis que d'autres portaient des pancartes avec le visage du président Maduro barré.

«Maduro assassin»

«Écoutez la garde bolivarienne, écoutez le Sebin (services de renseignements), ça va tomber, comme le mur de Berlin», pouvait-on lire par ailleurs. Ou encore: «Des Vénézuéliens meurent de faim faute de nourriture et de médicaments: Maduro assassin!».

L'opposition veut envoyer «un message à l'UE» pour remercier «tous ces pays qui, très bientôt, vont nous reconnaître», selon Juan Guaido, 35 ans, qui préside le Parlement, seule institution contrôlée par l'opposition. Celle-ci juge le second mandat de Nicolas Maduro, entamé le 10 janvier, illégitime car issu d'élections frauduleuses.

Juan Guaido a annoncé l'arrivée d'une aide humanitaire destinée au pays à la frontière colombienne, au Brésil et sur une «île des Caraïbes». Il a demandé à l'armée de la laisser entrer. Il a également annoncé une nouvelle manifestation contre Nicolas Maduro le 12 février.

Jour anniversaire

L'opposant Juan Guaido est soutenu par les États-Unis, la plupart des États latino-américains et certains pays européens. Le choix de défiler samedi n'est pas anodin: c'est le jour anniversaire des 20 ans de la «révolution bolivarienne», du nom du héros de l'indépendance Simon Bolivar. Il marque l'investiture, le 2 février 1999, du président socialiste Hugo Chavez, décédé en 2013 et dont se réclame Nicolas Maduro.

De leur côté, les partisans de ce dernier, dont beaucoup vêtus de rouge, se sont rassemblés au son de la salsa sur l'avenue Bolivar, dans le centre-ville, pour célébrer cet anniversaire.

Quelques heures avant le début de ces manifestations, un général de division de l'Armée de l'Air a annoncé faire allégeance à Juan Guaido. Cela alors que Nicolas Maduro compte sur le soutien déterminant des forces armées pour se maintenir au pouvoir. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, où il apparaît en uniforme, le général Francisco Yanez rejette «l'autorité dictatoriale» de Nicolas Maduro et «reconnaît le député Juan Guaido comme président».

Washington a d'ailleurs appelé samedi les militaires vénézuéliens à rejoindre le camp du président autoproclamé Juan Guaido. «Les États-Unis appellent tous les membres de l'armée à suivre l'exemple du général Yanez, et à protéger les manifestants pacifiques qui soutiennent la démocratie», a déclaré sur Twitter le conseiller de la Maison Blanche à la sécurité nationale, John Bolton.

(L'essentiel/afp)