Au Japon

24 avril 2019 08:55; Act: 24.04.2019 09:41 Print

Un geste pour les victimes de stérilisation forcée

Des milliers de Japonais qui ont subi à l'adolescence une stérilisation forcée vont bénéficier d'une indemnisation de l'État, dans le cadre d'une loi historique.

storybild

Des Japonais ont défilé dans les rues de Tokyo (Japon), le 17 mai 2018, pour dénoncer la stérilisation forcée. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des milliers de Japonais qui ont subi à l'adolescence une stérilisation forcée vont recevoir une indemnisation de l’État dans le cadre d'une loi historique, adoptée mercredi par le Parlement. Après ce vote prononcé à l'unanimité, le Premier ministre Shinzo Abe a exprimé dans une déclaration ses «sincères regrets» et les «profondes excuses» du gouvernement. Quelque 16 500 personnes, selon les statistiques officielles, ont subi une intervention chirurgicale pour les empêcher de procréer, en vertu d'une loi eugéniste instaurée en 1949 et restée en vigueur jusqu'en 1996, qui visait des personnes souffrant de handicap mental héréditaire.

Après des années de démarches infructueuses, le sujet a commencé à trouver un écho médiatique l'an dernier après la plainte d'une femme, maintenant âgée d'une soixantaine d'années, contre le gouvernement. Une vingtaine de victimes sont alors sorties de l'ombre, réclamant des dédommagements aussi élevés que 38 millions de yens (300 000 euros) par personne. Un premier jugement sera rendu le 28 mai. Cette nouvelle loi donne droit à une indemnité de 3,2 millions de yens (25 000 euros) par personne, un montant ridicule au regard du préjudice enduré, ont dénoncé les militants de cette cause.

«Il est compréhensible que les parlementaires aient activé le processus pour les victimes âgées», ont réagi des avocats dans une déclaration publiée avant l'adoption du texte. Mais en fixant un montant insuffisant, ils n'apportent pas de «vraie solution au problème». L'Allemagne, la Suède et d'autres pays ont eu des lois eugénistes similaires et les gouvernements ont payé des compensations aux victimes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Skan le 24.04.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    De plus en plus de scandales dans de plus en plus de pays dits civilisés.

  • Klaus Bitz le 24.04.2019 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    C'était pourtant une bonne loi.

  • sandra le 24.04.2019 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    ca fait peur;

Les derniers commentaires

  • Klaus Bitz le 24.04.2019 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    C'était pourtant une bonne loi.

  • sandra le 24.04.2019 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    ca fait peur;

  • Skan le 24.04.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    De plus en plus de scandales dans de plus en plus de pays dits civilisés.

    • Giles Rufiant le 24.04.2019 13:19 Report dénoncer ce commentaire

      D'ici qu'on apprenne que des fonctionnaires japonais ont eux-aussi détourné l'argent des chomeurs!

    • Loupiotte le 24.04.2019 16:26 Report dénoncer ce commentaire

      Toute ressemblance avec un autre pays n'est que pure coïncidence...