En Grande-Bretagne

26 septembre 2021 11:48; Act: 26.09.2021 17:57 Print

Un homme de 38 ans arrêté pour le meurtre de Sabina

Un trentenaire a été interpellé dans la nuit de samedi à dimanche dans le cadre de l’enquête sur la mort d’une jeune enseignante de 28 ans, retrouvée sans vie à Londres.

Sur ce sujet
Une faute?

La police londonienne a procédé dimanche matin à l’arrestation d’un homme de 38 ans suspecté du meurtre de Sabina Nessa, une Britannique de 28 ans retrouvée morte la semaine dernière dans un parc de la capitale.

Cette enseignante du sud-est de Londres avait disparu le vendredi, alors qu’elle sortait de chez elle pour se rendre à un bar situé à cinq minutes à pied. Un passant avait retrouvé son corps le lendemain, vers 17h30, caché sous un tas de feuilles, selon l’agence de presse britannique PA.

«Un homme de 38 ans a été arrêté pour suspicion de meurtre vers 3 heures le dimanche 26 septembre, à une adresse dans l’East Sussex» (région au nord-est de Londres), est-il indiqué dans un communiqué. «Il a été placé en garde à vue».

Deux précédentes arrestations

La Met police n’a pas précisé si cet homme était celui qu’elle recherchait activement depuis plusieurs jours, aperçu à proximité du lieu de l’enlèvement sur une bande de vidéosurveillance. Deux autres individus, un homme de 38 ans et un autre d’une quarantaine d’années, sans lien apparent, avaient été précédemment arrêtés par Scotland Yard, avant d’être relâchés.

Vendredi soir, des centaines de personnes se sont réunies dans le sud-est de Londres pour une émouvante veillée en l’honneur de l’enseignante, munies de bouquets, bougies ou pancartes, afin de montrer leur solidarité avec les proches de la victime. La mort de Sabina Nessa survient quelques mois à peine après celle de Sarah Everard, Londonienne de 33 ans attaquée en pleine rue, puis tuée début mars, tandis qu’elle rentrait chez elle: une affaire qui avait bouleversé le Royaume-Uni et relancé le débat sur la sécurité des femmes dans l’espace public.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Espérance le 26.09.2021 15:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est sûrement une coïncidence ... Les prénoms des ces deux jeunes filles assassinées commençaient avec un "S"...

Les derniers commentaires

  • Espérance le 26.09.2021 15:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est sûrement une coïncidence ... Les prénoms des ces deux jeunes filles assassinées commençaient avec un "S"...