Asie

11 août 2018 11:22; Act: 11.08.2018 14:19 Print

Un Japonais détenu en Corée du Nord

Un Japonais, qui pourrait être accusé d'espionnage selon la presse, a été arrêté en Corée du Nord.

storybild

Un Japonais a été arrêté récemment en Corée du Nord, un potentiel dilemme diplomatique pour Tokyo qui cherche à organiser un sommet avec Pyongyang. (photo: Keystone)

Sur ce sujet

Un Japonais a été arrêté récemment en Corée du Nord, un potentiel dilemme diplomatique pour Tokyo qui cherche à organiser un sommet avec Pyongyang, ont rapporté samedi des médias japonais. «La sécurité de l'homme est la priorité absolue, mais il est possible que la partie nord-coréenne se serve de cette affaire comme monnaie d'échange pour ses négociations avec le Japon», a déclaré une source proche du gouvernement japonais au quotidien Asahi Shimbun.

Le journal indique que l'homme, non identifié, pourrait être accusé d'espionnage, mais ne précise pas quand ni pourquoi il a été arrêté. Un responsable du ministère des Affaires étrangères japonais a refusé de confirmer à l'AFP la détention «en raison de la nature d'une telle affaire». «Mais le gouvernement prend des mesures et recueille des informations», a-t-il déclaré. Tokyo a déconseillé aux citoyens japonais de se rendre en Corée du Nord, à cause notamment des sanctions économiques imposées à Pyongyang.

L'arrestation d'étrangers pour espionnage en Corée du Nord est relativement fréquente, tout comme leur utilisation comme monnaie d'échange diplomatique. En 1999, un journaliste japonais en Corée du Nord, accusé d'espionnage, a été détenu pendant deux ans, selon l'agence Kyodo.

Ligne dure

Le Japon a maintenu une ligne dure vis-à-vis de Pyongyang, qui a testé plusieurs missiles en direction de son territoire. Par ailleurs, Tokyo a longtemps insisté pour obtenir un geste concernant ses citoyens enlevés pendant la guerre froide par des agents nord-coréens.

Mais Tokyo envisage la tenue d'un sommet entre le leader nord-coréen Kim Jong-Un et le Premier ministre japonais Shinzo Abe, dans le sillage de la récente détente diplomatique entre Pyongyang d'un côté, Washington et Séoul de l'autre, selon la presse.

(L'essentiel/afp)