Texas

31 mars 2020 11:10; Act: 31.03.2020 11:40 Print

Un juge interdit de suspendre les avortements

Le Texas l'Alabama et l'Ohio ont décidé de suspendre toutes les opérations non urgentes, y compris les avortements, la semaine dernière. Mais un juge fédéral a gelé la décision texane.

storybild

Des défenseurs du droit à l'avortement manifestent devant la Cour suprême des États-Unis, le 4 mars 2020.

Sur ce sujet
Une faute?

Un juge fédéral américain a suspendu lundi la décision des autorités du Texas d'inclure les avortements dans la liste des opérations non urgentes interdites pendant la crise du nouveau coronavirus. Des décisions de justice similaires ont été prononcées dans deux États qui avaient pris la même mesure, l'Ohio et l'Alabama.

«La Cour suprême des États-Unis s'est prononcée très clairement» en reconnaissant un droit des femmes à avorter tant que le fœtus n'est pas viable, a rappelé dans son jugement le juge Lee Yeakel.

«Ce tribunal ne va pas spéculer pour savoir si la Cour suprême a inclus en silence une "clause- sauf-en-état-d'urgence-nationale". Seule la Cour suprême peut restreindre la portée de ses décisions», a-t-il ajouté, en gelant la décision texane, dans l'attente d'un examen de fond du dossier.

Comme d'autres États, le Texas a ordonné le report des interventions médicales non urgentes afin d'assurer la disponibilité des lits d'hôpitaux pour les malades du Covid-19 et des équipements de protection pour les soignants.

Justice saisie

Mais, il y a une semaine, son procureur général a assuré que cet ordre s'appliquait également aux IVG, sauf en cas de danger pour la vie de la patiente. Depuis, quatre autres États conservateurs, l'Ohio, l'Iowa, l'Alabama et l'Oklahoma, lui ont emboîté le pas.

Dénonçant une manœuvre «idéologique», les défenseurs du droit à l'avortement avaient saisi la justice en urgence pour bloquer la décision du Texas. D'autres recours ont été introduits lundi dans les autres États.

Face au risque de condamnation à des peines pouvant aller jusqu'à 180 jours de prison et 1 000 dollars d'amendes, les cliniques du Texas avaient toutefois dû fermer leurs portes et, selon elles, une centaine de femmes n'ont pas pu avorter comme prévu, la semaine dernière.

«Service médical urgent»

«C'est inquiétant et inacceptable que des États hostiles au droit à l'avortement exploitent la crise du coronavirus pour interdire les IVG», a dénoncé Nancy Northup du Center for Reproductive Rights.

«L'avortement est un service médical urgent, qui ne peut pas être reporté», a ajouté Alexis McGill Johnson de la puissante association Planned Parenthood, en soulignant que, en temps de crise sanitaire, «les gens ont toujours des rapports sexuels» et ont «peut-être encore plus besoin» que d'habitude des services de planning familial.

L'affaire ne va pas en rester là: le Texas a l'intention de faire appel de la décision, a déclaré le procureur général.

(L'essentiel/utes/afp)