Australie

18 septembre 2019 16:07; Act: 18.09.2019 16:12 Print

Un manchot dénutri et perdu a été «ressuscité»

L'oiseau avait été retrouvé maigre et épuisé près de Melbourne. Il venait de Nouvelle-Zélande, à 2 500 km de là.

Sur ce sujet
Une faute?

Un petit manchot qui a fait près de 2 500 kilomètres depuis la Nouvelle-Zélande jusqu'à l'Australie a été soigné puis relâché en mer dans l'espoir qu'il retrouvera son propre chemin vers son pays natal. Dénutri et en grande souffrance, le gorfou du Fiordland a été trouvé au terme de son odyssée sur des rochers près de Lorne, au sud de Melbourne, à environ 2 500 km de son habitat naturel, la Nouvelle-Zélande.

L'oiseau était tellement maigre qu'il a fallu l'alimenter et le faire boire très progressivement pendant plusieurs semaines, a expliqué mercredi Michael Lynch, responsable des services vétérinaires au zoo de Melbourne. «Au fur et à mesure, il a pris du poids», a-t-il dit. «Nous avons ensuite commencé à le remettre dans l'eau quand il est devenu suffisamment fort pour nager afin qu'il reconstitue ses muscles», a-t-il dit.

«Nous lui avons donné sa chance»

Les gorfous du Fiordland sont capables de nager sur de longues distances à la recherche de nourriture. Il reste quelque 5 000 individus de cette espèce, classée menacée, dans la nature. Après une convalescence de deux mois, le manchot a recouvré une bonne santé, et, doté d'une puce afin que ses déplacements puissent être surveillés, il a été relâché ce mois-ci sur une plage de Phillip Island, au large de l'État de Victoria (sud-est).

«La vie est dure dans l'océan mais nous espérons que ce manchot trouvera son chemin vers la Nouvelle-Zélande et fera des petits. Nous lui avons donné sa chance», explique M. Lynch.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ah bon ? le 18.09.2019 22:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il a fait 2 500 km jusqu'en Australie pour quasiment y mourir, et on le relache au même endroit, en espérant qu'il refasse 2 500 km dans l'autre sens ? Pourquoi ne pas le mettre sur un bateau vers la Nouvelle Zélande et le ramener chez lui ? Souhaitons lui bonne chance et bon courage, le pauvre.

  • Ronaldo 1998 le 19.09.2019 05:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est bizarre tout ca

  • lea le 19.09.2019 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve bien que des gens s’occupent des animaux en péril !

Les derniers commentaires

  • lea le 19.09.2019 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve bien que des gens s’occupent des animaux en péril !

  • Ronaldo 1998 le 19.09.2019 05:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est bizarre tout ca

  • Clement le 19.09.2019 03:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    parce que c'est la nature , c'est pas parce qu'on est une société d'assistanat qu'il faut faire de même avec les animaux

    • Noémie le 19.09.2019 09:09 Report dénoncer ce commentaire

      Quand il n'en reste que 5000 individus, il ne faut pourtant pas hésiter.

  • Ah bon ? le 18.09.2019 22:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il a fait 2 500 km jusqu'en Australie pour quasiment y mourir, et on le relache au même endroit, en espérant qu'il refasse 2 500 km dans l'autre sens ? Pourquoi ne pas le mettre sur un bateau vers la Nouvelle Zélande et le ramener chez lui ? Souhaitons lui bonne chance et bon courage, le pauvre.