Aux États-Unis

25 mars 2018 10:46; Act: 25.03.2018 11:02 Print

Un million de personnes ont dit «non» aux armes

Les marches organisées samedi aux États-Unis ont rassemblé un million de personnes, selon des chiffres annoncés dimanche par les organisateurs.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Plus d'un million de personnes, dont de nombreux jeunes, sont descendues samedi dans la rue dans plusieurs villes des États-Unis, pour une manifestation historique contre les armes à feu après la tuerie dans un lycée de Floride qui a fait 17 morts. D'origine spontanée, cette initiative est devenue la plus grande manifestation contre les armes de l'histoire des États-Unis.

«Vous les élus, représentez la population ou partez!», a lancé Cameron Kasky, un lycéen de 17 ans ayant survécu au massacre, à la marée humaine de quelque 800 000 personnes rassemblée dans les avenues entre la Maison Blanche et le Capitole à Washington, selon les organisateurs cités par NBC. À New York, ils étaient 175 000 dans les rues, selon le maire Bill de Blasio. Et plus de 800 marches se sont déroulées dans d'autres villes, avec partout les jeunes comme force d'impulsion. «Plus jamais ça!» était le mot d'ordre fédérant ces adultes et adolescents, révoltés par la répétition des fusillades dans les écoles. Ils ont crié leur frustration, alimentée par l'inaction des législateurs et des pouvoirs publics, réticents à agir contre la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes.

L'événement national, baptisé «March for Our Lives» («Marchons pour nos vies»), est une réaction au massacre le 14 février de 17 personnes dans un lycée de Floride. Nikolas Cruz, un jeune de 19 ans, avait déchargé son fusil semi-automatique AR-15 sur des lycéens et des adultes du lycée Marjory Stoneman Douglas de la ville de Parkland, au nord de Miami, dont il avait été exclu pour «raisons disciplinaires».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jacob le 26.03.2018 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut controler les armes en France suite à l'attentat de Trèbes! Oups, ells sont déjà controlées depuis longtemps. alors on fait comment?

  • Alain le 25.03.2018 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    Chapeau bas pour tous ces jeunes, mais je trouve quand même étrange qu'un tel mouvement n'ait pas été lancé par les parents, aux côtés de leurs enfants - pourquoi cette lâcheté ?

  • adrien le 25.03.2018 11:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et le président des états unis à même pas le courage d être présent c est une honte en tant que president

Les derniers commentaires

  • Jacob le 26.03.2018 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut controler les armes en France suite à l'attentat de Trèbes! Oups, ells sont déjà controlées depuis longtemps. alors on fait comment?

  • Baron Rouge le 25.03.2018 18:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En mémoire de Nagasaki et Hiroshima ?

  • PM le 25.03.2018 17:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    faux.

  • Dejan le 25.03.2018 14:32 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut quand même rappeler que tous les assassins qui ont commis ces crimes dans les écoles sont des étudiants.

  • Alain le 25.03.2018 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    Chapeau bas pour tous ces jeunes, mais je trouve quand même étrange qu'un tel mouvement n'ait pas été lancé par les parents, aux côtés de leurs enfants - pourquoi cette lâcheté ?