À New York

16 juillet 2020 07:40; Act: 16.07.2020 09:38 Print

Un millionnaire retrouvé décapité et démembré

Le corps démembré et décapité d'un riche entrepreneur a été découvert dans son appartement de Manhattan, mardi. Pour l’heure, le mystère est entier.

storybild

Fahim Saleh avec ses deux sœurs, Rif Saleh (milieu) et Ruby Bashir. C’est l’une des deux jeunes femmes qui a découvert le corps de son frère. (photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

La police de New York a fait une macabre découverte, mardi après-midi, dans un luxueux appartement de Manhattan. Un corps décapité et démembré gisait à côté d’une scie électrique et de sacs-poubelles. «Nous avons un torse, une tête qui a été sectionnée, des bras et des jambes. Tout est encore sur place. Nous n’avons pas de mobile», a déclaré mardi, le sergent Carlos Nieves, porte-parole du NYPD.

La victime s’appelle Fahim Saleh. Il s’agit d’un riche entrepreneur de 33 ans qui avait acquis ce logement classieux pour 2,25 millions de dollars, l’année dernière. Développeur web, le jeune homme était le PDG d’une entreprise de partage de motos basée à Lagos, au Nigeria. Inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles, sa sœur s’est rendue à son appartement, situé au 7e étage d’une résidence. C’est là qu’elle a été confrontée à une vision cauchemardesque.

Une caméra de surveillance a peut-être capté les derniers instants de Fahim Saleh. Les images, enregistrées lundi, montrent le trentenaire entrer dans l’ascenseur de son immeuble. Il est rapidement rejoint par un individu portant un costume, des gants, un chapeau et un masque. Une fois arrivée à son étage, la victime s’effondre, abattue ou assommée. «L’auteur avait une valise. Il était très professionnel», a confié une source policière au New York Daily News.

Les amis interrogés par le média new-yorkais décrivent une personne «énergique, très intelligente, ambitieuse et extrêmement gentille», un millionnaire autodidacte qui a amené des entreprises technologiques dans des pays comme le Bangladesh ou le Nigeria. Selon un proche, Fahim n’avait jamais montré le moindre signe d’inquiétude. «Il n’a jamais dit qu’il avait peur. J’espère qu’ils retrouveront cette personne», confie-t-il.

(L'essentiel/joc)