Détroit d'Ormuz

20 juin 2019 13:56; Act: 20.06.2019 16:16 Print

L'Iran abat un drone US, «ligne rouge» franchie

Téhéran affirme que le drone violait ses frontières. Washington a confirmé la perte de l'engin et la tension est de plus en plus vive entre Iran et États-Unis.

Sur ce sujet
Une faute?

L'Iran a prévenu jeudi que la violation de ses frontières constituait une «ligne rouge». Téhéran avait annoncé plus tôt avoir abattu un «drone espion américain» dans son espace aérien, dernier épisode en date des tensions croissantes entre Washington et Téhéran. Il a été abattu par un «missile» de la force aérospatiale des Gardiens, au large de la côte face au mont Mobarak, «après avoir violé l'espace aérien iranien», ajoute le texte, sans fournir davantage de détails. Selon la télévision d'État iranienne, cette zone se trouve dans le comté du port de Jask (sur la mer d'Oman). Aucune image de l'appareil détruit n'avait été publiée par les médias iraniens en milieu de matinée.

Le Pentagone a confirmé jeudi que les forces iraniennes avaient abattu un drone de surveillance de l'US Navy qui se trouvait, selon l'état-major américain, «dans l'espace aérien international». «Les informations iraniennes selon lesquelles l'engin aérien survolait l'Iran sont fausses», a ajouté le Pentagone dans un communiqué, dans un contexte de tensions croissantes entre Washington et Téhéran.

Risque de guerre

L'incident survient dans un contexte de tensions exacerbées entre l'Iran et les États-Unis. La province d'Hormozgan borde le détroit d'Ormuz, point de passage stratégique pour l'approvisionnement mondial de pétrole. L'armée américaine a intensifié mercredi ses accusations contre l'Iran, qu'elle tient responsable de l'attaque des deux tankers touchés par des explosions, le 13 juin, en mer d'Oman.

Mercredi, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a estimé que «le risque de guerre dans le Golfe» n'était «pas écarté». Paris et Berlin ont appelé à la «désescalade» via un dialogue avec toutes les parties. Les tensions vont croissant entre la République islamique et les États-Unis depuis que le président américain a décidé en mai 2018 de retirer son pays de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et de rétablir de lourdes sanctions contre Téhéran.

(L'essentiel/afp)