Procès Nassar

02 février 2018 17:07; Act: 02.02.2018 18:43 Print

Un père se jette sur l'agresseur de ses filles

Le père de trois des nombreuses victimes de Larry Nassar a tenté de se jeter sur l'ex-médecin de la Fédération américaine de gymnastique, jugé pour agressions sexuelles.

Sur ce sujet

L'acte de Randal Margraves a provoqué l'interruption de l'audience qui se déroule ce vendredi à Charlotte (Michigan). L'homme s'est précipité en hurlant vers l'accusé, après avoir entendu deux de ses trois filles témoigner sur les abus sexuels dont elles ont été victimes, mais a été plaqué au sol par les policiers avant d'avoir atteint le thérapeute, selon des images diffusées par la télévision.

La cour venait d'entendre Madison et Lauren Margraves quand leur père Randal a demandé la parole, réclamant de rester avec l'accusé quelques minutes «dans une pièce fermée avec ce démon». Après le refus de la juge, il s'est précipité soudainement vers l'ostéopathe avant d'être intercepté et mis à terre par les policiers. «Je veux ce fils de pute», a-t-il hurlé, alors que les officiers lui mettaient les menottes avant de lancer «vous n'avez pas vécu ce que j'ai vécu», à la procureur Angela Povilaitis, qui lui reprochait son acte. «Qu'est-ce que vous feriez si ça vous arrivait à vous?», a-t-il ensuite demandé aux policiers qui l'évacuaient de la salle d'audience.

Au moins 265 victimes

L'accusé, qui n'a pas été touché, a aussi été évacué de la salle et l'audience a été suspendue pendant 20 minutes. Larry Nassar, accusé d'avoir abusé au moins 265 jeunes pendant vingt ans alors qu'il travaillait pour USA Gymnastics, est à l'origine du plus grand scandale sexuel de l'histoire du sport américain.

Après deux procès à l'issue desquels il a écopé d'au moins 100 ans de réclusion pour abus sexuels et détention de matériel pédopornographique, il est à nouveau jugé depuis mercredi, cette fois par le tribunal de Charlotte. Il plaide coupable dans ce procès de trois chefs d'accusation pour abus sexuels au centre d'entraînement Twistars, et encourt de 40 à 125 années de prison supplémentaires. Selon l'accusation, au moins 65 victimes présumées ont demandé à témoigner.

(L'essentiel/AFP)