Au Honduras

03 octobre 2019 08:50; Act: 03.10.2019 12:13 Print

Un président accusé de liens avec le narcotrafic

Au Honduras, la justice accuse le président Juan Orlando Hernandez d'avoir touché d'importants pots-de-vin de la part des trafiquants de drogues du pays.

storybild

Juan Orlando Hernandez, ici à la tribune de l'ONU la semaine dernière, a été cité au procès de son frère. (photo: AFP/Timothy A. Clary)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président du Honduras Juan Orlando Hernandez a touché des millions de dollars de pots-de-vin de narcotrafiquants, y compris de l'ex-chef de cartel mexicain El Chapo, a affirmé mercredi un procureur fédéral new-yorkais à l'ouverture du procès pour trafic de drogue d'un des frères du président. «El Chapo a personnellement remis un million de dollars à l'accusé, pour le président» a ajouté le procureur, Jason Richman. Juan Antonio Tony Hernandez Alvarado, un des frères du président hondurien, est accusé par la justice américaine de trafic de drogue.

Ex-député, âgé de 41 ans, il avait été arrêté à l'aéroport de Miami en novembre 2018, et inculpé de quatre chefs d'accusation de trafic de drogue, possession d'armes à feu et faux témoignage. Selon le gouvernement américain, il était impliqué dans le trafic de drogues depuis 2004 au moins, et aurait participé pendant plus de 10 ans à la distribution de cocaïne.

Le procureur fédéral de Manhattan l'accuse aussi d'avoir été impliqué dans au moins deux assassinats entre bandes rivales entre 2011 et 2013. Il risque, en cas de condamnation à l'issue de ce procès prévu pour durer une dizaine de jours, au minimum cinq ans de prison et au maximum la perpétuité.

(L'essentiel/afp)