Aux États-Unis

19 février 2020 08:08; Act: 19.02.2020 10:35 Print

Un procès s'ouvre entre Facebook et le fisc américain

Le fisc américain réclame 9 milliards de dollars (8,35 milliards d'euros) d'arriérés d'impôts à Facebook.

storybild

Le contentieux porte sur un transfert de propriété intellectuelle réalisé en 2010 par Facebook vers une de ses filiales en Irlande. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un procès s'est ouvert mardi devant un juge de San Francisco entre Facebook et le fisc des États-Unis (IRS), qui réclame au réseau social 9 milliards de dollars (8,35 milliards d'euros) d'arriérés d'impôts. Le contentieux porte sur un transfert de propriété intellectuelle réalisé en 2010 par Facebook, vers une de ses filiales en Irlande.

Le fisc accuse le groupe d'avoir déclaré, pour les technologies transférées, une valeur inférieure à la réalité, afin de réduire le montant de l'impôt à payer aux États-Unis sur ce revenu. À l'inverse, Facebook soutient que la somme que lui avait reversé sa filiale irlandaise en échange des technologies en question était en réalité supérieure à la valeur réelle de ces actifs, et qu'il a de ce fait été trop lourdement taxé aux États-Unis.

«Nous avons hâte de présenter nos arguments»

Plusieurs hauts responsables de Facebook doivent être entendus au cours de ce procès. Le jugement pourrait marquer un précédent quant à l'attitude de la justice américaine face à la pratique, courante parmi les multinationales, consistant à transférer des bénéfices vers les pays où ils sont les moins taxés.

«Ce procès concerne des transactions qui ont eu lieu en 2010, quand Facebook n'avait pas de revenus tirés de la publicité sur mobile, quand ses activités internationales étaient balbutiantes et quand ses produits de publicité numérique n'avaient pas encore fait leurs preuves», a commenté un porte-parole du réseau social, Bertie Thomson.

«Nous avons hâte de présenter nos arguments devant le juge et de mettre un terme à ce contentieux de plusieurs années», a-t-il ajouté. «Notre activité a connu des hauts et des bas, mais nous assumons les actions que nous avons menées il y a plus de dix ans, à une époque où notre entreprise était exposée à de grands risques et incertitudes», a poursuivi le porte-parole.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.